Articles tagués Daniel BRIEZ » « blog Daniel Briez »

COMMENT UTILISER VOTRE REBELLION ? Découvrez le sens qu’elle a …


La période du 6 Juin au 11 Juin : Violet pâle / Indigo
Phrase-clé : « Je développe ma claire-vision. »


Conseil Parfums de Couleur : le Parfum de Couleur n°10 Indigo renforce votre clairvoyance et vous permet de mieux comprendre les mécanismes de l’autorité et des lois. Il vous permet de mieux vivre votre autorité naturelle sans avoir à user d’agressivité ; le Parfum de Couleur n° 11 Violet facilite la mutation de vos systèmes de pensée et la transformation de vos points de vue et vous apporte une puissante énergie de tempérance.

Vous commencez à reprendre vos marques et à envisager comment gérer votre quotidien en fonction des nouveaux paramètres en votre possession. Il est clair que toutes les questions restent ouvertes. La crise de société que nous traversons ne trouvera pas ses réponses en cinq minutes, d’autant plus que c’est à chacun, dorénavant, d’apporter ses propres solutions. La période qui se présente est particulièrement intéressante dans ce sens, et ce à plus d’un titre. 

La combinaison des deux couleurs du 6 au 11 juin induit l’énergie du « bâtisseur ». Être un bâtisseur n’est pas seulement avoir des projets et les mener à bien. Si vous vous limitez à simplement mener des projets à leur terme, vous êtes un entrepreneur et non un « bâtisseur ». 

Un « bâtisseur » est quelqu’un qui élabore des projets coordonnés les uns aux autres et inscrits dans la construction d’une perspective et d’une perception. Ces projets doivent être en harmonie avec leur environnement (condition « sine qua non ») et en cohérence avec la trajectoire d’évolution du porteur des projets et le respect des lois (au sens large du terme) de l’espace-temps dans lequel il est inscrit. Il dispose ainsi d’une « vision » cohérente qui s’inscrit dans un moyen et long terme. On parle ici de « clairvoyance ».

Dans les articles précédents, nous avons déjà abordé le lien énergétique entre la fréquence Indigo et la clairvoyance. Développer des facultés de clairvoyance permet de déterminer de quelle façon les éléments de vos différents projets peuvent s’articuler les uns par rapport aux autres et construire une ligne directrice d’évolution consciente. Peu importe que vos projets sont grandioses ou de faible amplitude. Ce qui compte dans le rôle du bâtisseur est la ligne directrice personnelle à moyen et long terme et la cohérence des éléments mis en oeuvre. 

La vision et l’élaboration des projets du « bâtisseur » ne peuvent en aucun cas être coupées de leur environnement. Si cette condition n’est pas prise en compte, les projets connaissent d’importantes difficultés de conception puis dans leur mise en place. Le juste positionnement du « bâtisseur » dans le respect de tous les paramètres de son environnement (intérieur, environnemental, universel et cosmique) constitue la condition essentielle pour faire aboutir une création. Trop de projets sont élaborés sans tenir compte de cette cohérence et créent des perturbations aussi bien pour leurs créateurs que pour leur environnement immédiat (population, écologie), ou d’une façon plus large (économie mondiale, impact vibratoire, etc.). 

Cette combinaison de couleurs permet de déterminer la « logique » d’un projet, « logique » qui provient essentiellement de la cohérence de sa conception entre les éléments intérieurs qui l’animent (idée, résonance vibratoire, codes génétiques et identitaires) et les éléments qui constituent son environnement.

Quel est l’intérêt d’être un « bâtisseur » plutôt qu’un entrepreneur ?

L’intérêt principal du « bâtisseur » se situe au niveau du degré de satisfaction de l’accomplissement personnel et du degré de son engagement. Le bâtisseur construit un « édifice » à proportion collective. Il ne travaille pas que pour lui-même. Il se sent engagé. Le fait de nourrir une ligne directrice permet de concentrer une quantité supérieure d’énergie sur chaque projet. En effet, un projet nourrit l’autre. Une économie de moyens et de réflexions s’opèrent. La direction étant fixée, moins d’énergies se dispersent et les tentations de digression disparaissent. Il s’établit une économie de moyens et de réflexion. 

L’entrepreneur, lui, a l’impression de tout recommencer à zéro à chaque projet. De la phase de conceptualisation jusqu’à sa réalisation matérielle, tout est à créer. Il ne peut s’appuyer sur aucun élément existant, ce qui n’est pas le cas du « bâtisseur ». 

La différence profonde se situe au niveau des responsabilité engagées. L’entrepreneur s’engage dans la limite de son projet. Le bâtisseur s’engage sur l’ensemble de ses projets inscrits dans un environnement élargi ayant une incidence collective. La conséquence pour le « bâtisseur » en est une plus intense satisfaction de l’oeuvre accomplie, à chaque étape de réalisation. Cette satisfaction se cumule au fil des projets. Elle devient puissamment valorisante au fil de la mise en oeuvre du projet global. 

Pour l’entrepreneur, la satisfaction s’arrête à l’aboutissement de son projet. Le « bâtisseur » travaille en incluant les autres et en ayant une incidence sur le collectif. L ‘entrepreneur travaille essentiellement orienté vers lui-même.

Mais quel est l’intérêt de cette question : entrepreneur ou « bâtisseur » ?

Le « bâtisseur » regarde loin. Ainsi anticipe-t-il et est mieux à même de prévoir certains développements ou certaines difficultés d’une façon anticipée. L’entrepreneur possède une vision à plus court terme. Il a plus tendance à subir le déroulement des évènements. Le fait de « construire » une ligne directrice apporte une perspective d’évolution, permet de développer plus largement sa sensibilité, alimente une sensation de sécurité car beaucoup de choses ont été envisagées préalablement. Chaque projet s’articulant avec les autres développe une plus grande solidité.


Qu’est-ce qui peut empêcher un entrepreneur de devenir un « bâtisseur » ?

Les deux ont pourtant un énorme point commun qui constitue le ferment de leur dynamisme. Ce sont des rebelles. Un rebelle est quelqu’un qui ne se satisfait pas de réponses toutes faites, qui éprouve un besoin viscéral de faire les choses par lui-même, satisfait uniquement des solutions qu’il a pu mettre en place. C’est un révolutionnaire qui refuse tout système d’autorité, de hiérarchie et la contrainte des lois. En fait le rebelle établit ses propres lois. La rébellion est une immense qualité : elle conduit au discernement, à une condition : ne pas se prendre à son propre jeu et être rebelle pour être rebelle sans aucune nécessité véritable. 

Le rebelle est probablement le plus créatif des profils puisqu’il tente toujours d’adapter les structures et les lois à ce qu’il ressent. Son défaut : sa tendance à avoir peur de l’engagement.

Pourtant, pour permettre à vos projets d’aboutir, vous devez trouver un équilibre entre la configuration des lois universelles et humaines qui vous entourent et votre propre désir. Nier cette partie de votre environnement équivaut à refuser les fondations énergétiques qui définissent votre monde. Vous sapez ainsi jusque dans vos fondations la force de sa construction et induisez inéluctablement les causes de sa destruction prochaine. Aucun projet ne peut être coupé de son environnement. Si vous pensez cela, cela revient à dire que vous construisez un immeuble sans tenir compte de la loi de gravitation. Si vous pouviez l’annuler, vous n’auriez aucun problème pour construire un immeuble de trois mille mètres de haut. Pourtant, si vous entamez votre construction en niant cette loi, il est certain qu’après quelques étages, votre édifice s’effondrera car il n’aura pas suffisamment de fondations. Il en est de même pour vos projets. Nier les lois qui régissent les hommes et la matière, nier la manifestation de l’autorité et de la hiérarchie liée à ces lois, nier vos propres lois, c’est-à-dire votre propre définition identitaire revient à saboter votre propre projet.

Le « bâtisseur » est donc celui qui prend conscience de la présence des lois, de leur utilité même si elles s’avèrent contraignantes, et qui les inclus dans la structure de son projet. C’est typiquement l’énergie de la fréquence Indigo qui apporte ce mécanisme. Le Violet vous permet de comprendre le sens de ce que vous accomplissez par rapport à vous-même.

Ainsi allez-vous vivre durant cette période une sollicitation exacerbée de votre cerveau. Vos fonctions analytiques vont être mises à l’épreuve afin que vous trouviez le meilleur positionnement possible dans le rapport entre vos projets quels qu’ils soient et les contraintes de votre environnement. Deux solutions : demeurer le rebelle « buté » que vous avez souvent été et refuser toute contrainte, ce qui vous amènera à changer trop souvent de direction, ou observer comment vous pouvez vous adapter du mieux possible aux contraintes présentes et inscrire votre projet à plus long terme, dans une pérennisation de vos idées. En fait, tout vous pousse à donner à vos projets une dimension plus collective et à devenir un « bâtisseur ».

La principale cause d’échec des projets est le manque de respect des lois qui régissent la matière. 

Si vous possédez cette combinaison de couleurs dans votre Chromotem, vous êtes porteur de l’énergie du rebelle. Vous éprouvez des difficultés à accepter l’autorité et l’énergie des lois. Pourtant, vous en comprenez l’utilité et le sens profond. Cela vous apporte une puissante clairvoyance et la possibilité de vous projeter à long terme dans le futur. Néanmoins un piège majeur : vous identifier à la rébellion et devenir un « révolutionnaire ». Cette combinaison vous permet d’analyser les paramètres qui composent vos projets dans leur intégralité, en toute intégrité avec votre environnement, et ainsi les mettre en phase avec votre entourage.

www.chromotem.com

Le Chromotem constitue une cartographie personnalisée de l’être composée de treize clés bi-chromiques définissant le profil chromatique et énergétique de l’individu et permettant de comprendre les caractéristiques, potentialités et difficultés du fonctionnement quotidien. Chaque clé vit sa pleine activité durant 6 jours de l’année. Attention pour des raisons techniques le paiement par CB ne fonctionne pas. Seuls les paiements par chèque ou par virement sont possibles à DB Consulting La Rouderie 24200-VITRAC 

Pour obtenir une consultation avec Daniel Briez : en vision-conférence ou sur rdv à Paris ou Sarlat après le déconfinement : briezdaniel1313@gmail.com 

blog : danielbriezblog.com . Si vous voulez être informé des nouvelles publications de Daniel Briez, cliquez sur « suivre » en haut à gauche de la page d’accueil du blog. 

Formation professionnelle: www.institutdeletremajuscule.com

Formation « Chromotem, couleurs, énergétique » du 15 au 21 aout 2020
Renseignements : briezdaniel1313@gmail.com Tel : 06 80 18 76 96

, , , , ,

Poster un commentaire

4 minutes de grâce…


, , , , , , ,

9 Commentaires

Journée Porte ouverte la vidéo


Cristaux et Santé vous propose de découvrir en vidéo son entrepôt, découvrez les obsidiennes de couleur, les quartz….Pour ceux qui n’ont pu venir à Sarlat partager avec nous ces 2 jours de Porte ouverte exclusives voilà une balade libre dans cet univers magnifique des cristaux.
Bonne visite virtuelle.
L’équipe de Cristaux et Santé

retrouvez nous sur :
http://www.cristaux-sante.com

, , , , , , , , , , , , , ,

1 commentaire

Mois du magicien : le JASPE IMPERIAL


La Pierre du Mois est la pierre qui caractérise le mieux l »énergie planétaire du mois. Travailler avec elle permet l’alignement de l’individu sur les énergies dominantes de la période, et, ainsi de faciliter les mécanismes de transformation et d’intégration. En cette année 2012, porteuse de puissantes mutation, son aide s’avèrera précieuse.
PIERRE DU MOIS DE FEVRIER

JASPE IMPERIAL

Ce mois est en quelque sorte le mois de la naissance larvée. Il contient toute la puissance de la gestation et de futur projet qui se révèleront dans les mois suivants. Son énergie ne se manifeste pas encore à l’extérieur. On pourrait appeler cette période « le mois du Magicien », dans la mesure où tous les possibles existent en potentialité dans cette énergie, mais ne se sont pas encore révélés à la Lumière.

Jaspe impérial, © photo Serge Briez / www.cristaux-sante.com

Jaspe impérial, © photo Serge Briez / http://www.cristaux-sante.com

Le mois de Février constitue donc une période faste pour porter en gestation les nouvelles choses que vous mettrez en oeuvre au long des mois qui suivront

Véritable tableau minéral, le Jaspe Impérial est en lien avec les forces qui régissent la Matière. La création de la Matière, la création d’un évènement ou d’un projet (c’est la même chose) reposent sur la convergence d’une infinité de micro-éléments, de centaines de petites décisions (la plupart du temps inconsciences d’ailleurs) entrant en synchronicité avec des énergies plus collectives, créant ainsi la matérialisation d’une énergie qui se catalyse à travers votre champ de fréquence et votre corps. Le Jaspe Impérial vous met en phase avec cette multiplicité de paramètres mais surtout, vous permet de prendre conscience des Lois de la Nature, des principes sur lesquels reposent la création de la Matière, et surtout sur la façon dont ces énergies transitent à travers vous pour aboutir à une création concrète. Il existe donc un aspect « magique » dans le Jaspe Impérial qui vous permet d’entrer en relation consciente avec les Lois qui régissent la Matière, mais aussi de percevoir quel positionnement vous pouvez adopter pour faciliter, renforcer ou contrarier le déroulement de vos créations.

Naturel prolongement de l’Hématite brute, le Jaspe Impérial amplifie votre énergie vitale en renforçant votre connexion avec l’énergie de la planète. Il vous permet ensuite de vous aligner sur les Lois de Matérialisation et d’ajuster le positionnement de vos émotions, de votre corps et de vos pensées afin de créer le meilleur canal possible pour catalyser vos créations. On pourrait le qualifier de « mécano de service ». Il vient opérer les derniers réglages de votre véhicule pour qu’il consomme le moins de carburant possible et vous donne la puissance maximale de ses possibilités.

Le mois de Février est particulièrement en phase avec cette pierre. Utilisez un Jaspe Impérial poli (origine recommandée: Madagascar) d’environ 300 gr. Vous pouvez, soit le tenir en main pendant quelques dizaines de minutes par jour en vous livrant à des activités de détente (lecture, film), soit vous accorder un temps de réflexion ou de méditation avec, le soir de préférence. Vous vous remémorez les évènements de la journée et percevez les moments et la façon où vous auriez pu vous réaligner pour rendre les choses plus faciles. Par les micro-ajustements énergétiques que la pierre génère et l’analyse évènementielle que vous pouvez faire de votre journée, vous constaterez très rapidement que votre positionnement se modifie sensiblement et que les choses deviennent plus simples et plus faciles. Vous percevrez mieux l’alignement que vous devez adopter pour optimiser vos actions et surtout, à travers cela, vous entrerez dans la perception des grandes lois qui régissent tous ces échanges.

Votre capacité de matérialisation s’en trouvera amplifiée et surtout, vous comprendrez comment les énergies convergent vers la création d’évènements ou de projets et de quelle façon, dans tous les cas de figure, que cela se passe bien ou moins bien, vous êtes le seul artisan de ce que vous vivez chaque jour. Cette perception renforcera considérablement votre capacité à agir et les choses deviendront infiniment plus faciles.

Je vous souhaite de belles réalisations.

Amour et Lumière

Sarlat, le 27 janvier 2012, 4h12 

Jaspe impérial, © photo Serge Briez / www.cristaux-sante.com

Jaspe impérial, © photo Serge Briez / http://www.cristaux-sante.com

Retrouvez la pierre du mois de Février sur www.cristaux-sante.com
Conseils :

Rien ne s’oppose, même si le mois est révolu de travailler avec la pierre mentionnée dans ce texte. Vous pouvez travailler avec plusieurs pierres en même temps sur la même période.

TRES IMPORTANT : je préconise dans chaque article un poids moyen. Mais plus le poids de votre pierre est conséquent, et plus son action est efficace. N’hésitez pas à travailler avec des pierres de plusieurs centaines de grammes.

 RAPPEL : n‘oubliez jamais de mettre votre pierre à tremper dans un grand bol d’eau claire pendant plusieurs heures, après chaque usage.

, , , , , , , , ,

Poster un commentaire

« Droit de tendresse »


Wydiane possède un talent d’écriture qui s’affine au fil des ans. Sa sensibilité et sa créativité donne à son regard une évidence telle qu’il me semble important de partager sa vision avec vous.

Daniel Briez

Droit pénal, droit des affaires, droit à la liberté d’expression, droit des obligations, droit de la concurrence, droit de la consommation, droit des marques, droit de grève, droit d’auteur, droit des collectivités territoriales, droit fiscal, droit… Que ce soit au niveau du droit privé, du droit public, ou du droit mixte, chaque énoncé a sa raison d’être et la particularité d’amener un terrain de réflexion public.

Partant de là, car nous n’y posons pas assez d’attention à mon sens, peut-être pourrions-nous imaginer, que s’il existait une quatrième catégorie nommée « droit d’essence », le droit de tendresse y figurerait en première ligne. En effet, nous les humains considérons la tendresse comme chose évidente, et donc, sans droit spécifique. Cela ne veut pas dire pour autant que l’on a pas le droit de tendresse envers nous-même comme avec autrui !

DROIT DE TENDRESSE

DROIT DE TENDRESSE

Ceux qui s’exprimaient avant la naissance publique du droit à la liberté d’expression risquaient lourd, mais heureusement et « n’ayons crainte », il n’en est pas de même pour l’expression libre de notre tendresse, malgré la non-officialité de son « droit »….

Alors, pourquoi ne la libérons-nous pas, cette chère tendresse qui imprègne nos corps sans même que l’on y prête attention? Quelles barrières nous créons-nous pour la brider ainsi? Nous faudrait-il une promulgation de loi pour que cela éveille nos actions et pensées? Arrivé là, l’heure serait grave, mais s’il le faut, alors, nous qui avons l’habitude d’agir car on nous y autorise, peut-être pouvons-nous nous pencher sur cette loi de principe fondateur que représenterait le droit à la tendresse… Non pas avec des bulletins de votes et une opinion publique mouvementée, mais avec des gestes, des mots, de l’empathie, des regards, de la maturité, et bien évidemment, du cœur.

Non ! Face à ce droit, nous n’avons de compte à rendre à personne.

Non ! Nous ne gagnons et ne perdons rien.

Non ! Nous ne serons pas reconnus publiquement pour en être un représentant.

Non ! On ne peut être attaqué.

Non ! Il n’y aura ni révolution, ni roi, ni jugements…

Oui ! Enfin serons-nous peut-être plus humains.

Ce soir, une profonde tristesse m’anime, alors même que mon être déborde d’incompréhension. Et, parce que j’aime à savoir la tendresse circuler, j’écris ce mot, et propose ce droit de cœur, au cas où il serait oublié… Et si ne serait-ce qu’un instant, l’énergie de tendresse retrouvait corps entre deux mots, il en naîtrait un « merci ».

Commençons donc par voir que la tendresse n’est ni « cul-cul », ni difficile, ni inutile, ni finie. La tendresse est là où on la regarde, là où on la dit, là où on l’émane. La tendresse fait partie de nous, si cela n’est pas-même l’énergie qui nous a permit de nous incorporer Ici et Maintenant, par amour pour notre Terre, par amour pour notre expérience, par amour pour nos intégrations et créations 

Il est vrai que la tendresse n’a pas de valeur monétaire, qu’il n’y a pas de situations à tendresse potentielle, ni de tendresse intérieure brute.

En revanche, il y a des sourires dans le métro, des caresses aux êtres aimés, un échange avec un sans-abri, un sac pesant soulevé pour un papi, des annulations de paroles déjà lancées, des « on pose les armes? », des mots doux à un enfant, des « juste comme il aime », une oreille tendue, un « merci d’exister » lors d’un appel téléphonique difficile, des « je t’aime », des attentions pour ceux qui ne se souviendront peut-être jamais de nous, des « juste pour le plaisir », une main cherchant l’autre devant un film, des petits rien qui nous font rire, du coeur là où on ne le mettait pas ou plus, des clins d’oeil à observer, des « laissons tomber, non? », des regards aimants, et tout ce qu’on invente chaque jour.

La tendresse ne fait pas peur, elle nous fait juste du bon, et balaye ce qui ne la regarde pas. La magie de la tendresse, c’est que « plus y’en à, plus on aime ».

Fuir l’énergie de tendresse serait comme fuir de son corps, fuir de notre être.

N’en avons-nous pas marre de piquer ceux qu’on aime par peur d’être piqué, où parce que « c’est lui qui a commencé !!! »?

N’en avons-nous pas marre de souffrir de la non-tendresse des autres sans se demander si nous-même étions dans cette énergie?

N’en avons nous pas marre de regarder de travers la moindre personne qui ose encore aider quelqu’un ou nous demander un petit quelque chose avec le sourire (« qu’est ce qu’il me veut celui là…?)?

N’en avons nous pas marre de punir nos enfants alors qu’ils n’aspirent qu’à un minimum de tendresse de notre part?

N’en avons nous pas marre de penser « qu’en tant qu’adulte », la tendresse c’est plus pour nous…

N’en avons nous pas marre de mener la bagarre pour un oui ou pour un non, alors qu’avec une pincée de cœur, plus rien de l’histoire ne tient debout…

La non-tendresse bloque le moteur circulatoire des flux entre chacun, et cristallise les énergies en instance. Cette paralysie énergétique due à la crispation de notre essence de tendresse met nos corps, et donc tout ce qui en émane, dans l’impasse. Ensuite, on se demande « ce qu’on a bien pu faire pour que cela arrive »… Alors que l’on a simplement figé notre plus belle valeur d’échange, notre trame au partage. 

La tendresse est une des manifestation de nos codes, qui aime à être mise en vie pour nous impulser vers nous-même, et donc vers autrui.

La tendresse est un essentiel, une impulsion de cœur qui trouve résonance dans chaque particules de matière.

Elle plurielle les liens, tout en respectant leurs mouvements.

Elle est l’émanation sensible de nos parcelles d’essence.. 

Ne pas laisser circuler l’énergie de tendresse représente, à mon sens, un des plus durs égoïsmes de l’humanité, ne serait-ce que vis à vis de nos corps ignorés.

Pour prendre la mesure de la force que porte la tendresse incarnée dans notre quotidien, nous pouvons peut-être imaginer que nous serions tels des kayakistes évoluants au fil de l’eau, et que la tendresse serait notre pagaie.

Tout kayakiste ne s’imaginerait pas se lancer dans une aventure aquatique en sachant qu’il va croiser des rapides et autres obstacles, sans prendre sa pagaie avec lui. Face à un parcours mouvementé, plus la pagaie s’inscrit profondément dans l’eau, plus elle fait avancer le tout. Si on la perd, on part inexorablement à la dérive… Et si par malheur, même avec elle, on se prend un roc ou l’on se coince, c’est en redoublant de force d’appui sur elle qu’on arrive à se sortir d’impasse, même si cela peut se révéler fatiguant.

Mais que préfère le kayakiste: redoubler d’intensité d’appui sur sa pagaie quitte à s’essouffler momentanément, ou bien laisser l’eau couler tout en restant bloqué une heure, puis deux, voire toute la nuit, car l’effort l’épuise? Je doute fort que la nuit passée seul sur l’eau lui soit plus agréable que la solution lui demandant de l’effort. En effet, on n’a pas encore vu de kayakiste jeter à l’eau sa pagaie, en jugeant le courant trop mouvementé pour gérer son parcours. Si c’était le cas, il risquerait de perdre littéralement son axe de trajectoire dans les rapides, voire, de perdre la vie. 

La pagaie est à la fois outil de direction, de nuances, de vitesse, de secours, mais aussi de créativité, de jeu…de complicité avec les mouvements du canoë évoluant sur l’eau.

Nous sommes bien inscrit en matière, Ici et Maintenant, évoluant au fil de nos instants d’être. Partant de là, où comptons-nous donc aller sans l’outil essentiel que représente l’énergie de tendresse? 

Demandons-nous alors où est ce que nous posons la tendresse dans notre corps, dans nos pensées, dans nos paroles, dans nos gestes… Et surtout, où est ce que nous ne le la voyons pas.

Si le droit à la tendresse n’existe pas, c’est que peut-être, nous ne sommes pas sensés nous poser la question. Cela pourrait être comme se demander « pourquoi le droit au poivre dans la cuisine n’existe pas? ». Simplement, l’expérience montre que la tendresse, contrairement au poivre pour la cuisine, n’a apparemment, malgré ses miracles, pas encore été reconnue comme releveuse de saveur… comme éleveuse de conscience. 

À ce titre, chaque être est donc en mesure de choisir son sentier sur la richesse du terrain de la tendresse, mais avant cela, faudrait-il encore le déceler, à l’intérieur, comme l’extérieur. 

Bien plus qu’un « droit », la tendresse est une des précieuses clefs dont nous disposons au sein de ce que nous sommes, et qui à mon sens, malgré notre fâcheuse tendance à l’égarer, n’a pas fini de nous démontrer sa lumière.

Wydiane – mercredi 28 décembre, Sarlat, 00h00


, , , , , ,

4 Commentaires

ECOLE ATLANTEA ET ECOLE DES ANGES


Une mise au point que m’a suggéré une des lectrices de mon Blog lors d’une rencontre sur le Salon Zen à Paris, la semaine dernière.

 En post-face de mes ouvrages « La Science des Chakras »,

La science des Chakras, livre de Daniel Briez

La science des Chakras

écrit en 1993, et « Les Anges »

Les Anges, livre de Daniel Briez

Les Anges

, rédigé en 1996, je fais mention de deux Ecoles que j’avais créé à l’époque, l’Ecole Atlantéa et l’Ecole des Anges. Ces deux systèmes correspondaient pour moi, à l’époque, à la vision que je me faisais de la transmission et de l’enseignement. Elles ont fonctionné durant quelques années puis se sont arrêtées, pour l’une en 1996 et pour l’autre en 1998. Elles sont toujours mentionnées à la fin de mes ouvrages car il est toujours extrêment difficile d’obtenir d’un éditeur, le mien en l’occurrence, de modifier la maquette d’un livre lors de son retirage (surcoût financier de refonte de la maquette). C’est ainsi que des informations obsolètes sont mentionnées dans ces ouvrages.

 Ma vision de la transmission est aujourd’hui bien différente. Je ne pense pas que les choses passent par des « écoles » ou des systèmes quelconques. Nous avons tous à trouver notre propre « école intérieure » qui repose simplement sur l’observation de la vie quotidienne et des sujets de réflexions qu’elle nous propose à chaque instant. L’objet de ce Blog est de proposer un certain nombre de pistes. Je sais, par vos nombreux témoignages, qu’il répond à cette attente.

 Ces deux écoles se sont arrêtées naturellement parce que l’énergie changeait et qu’il n’était plus le temps de passer par ces vecteurs de transmission. Merci à ceux qui y ont participé. Ils m’ont aider à avancer sur ce chemin.

Nantes, le 7 Octobre 2011, 4h23

, , , ,

2 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :