Archives de la catégorie PUBLICATIONS

RÉSISTANCE


Je voudrais vous parler de la « résistance » et de ce qu’elle implique au niveau de votre corps. Votre corps est composé d’un ensemble de codifications que vous focalisez à la naissance, qui sont le fruit de l’itinéraire éterversel qui est le vôtre, de la gradation de conscience dans laquelle vous êtes placés, du type d’expérimentation que vous avez opté ainsi que de la tessiture de l’espace-temps dans lequel vous avez décidé de choisir cette expérimentation.

Autant dire que la définition de votre trajectoire de conscience dans l’Ici et Maintenant est extrêmement précise, et que votre corps dispose des énergies nécessaires pour accomplir cela. Ces énergies sont à votre libre disposition, car la caractéristique de l’Espace-Temps Thot dans lequel vous êtes focalisés est la libre détermination des choix et des moyens par lesquels vous accomplissez ce programme.

Il est néanmoins important de constater que vous appliquez rarement cette trajectoire avec facilité, mais que vous disposez d’une curieuse faculté qui vous entraîne à choisir les voies annexes de développement, alors que la « ligne de moindre résistance », c’est-à-dire la pleine application de vos codes et des aspirations naturelles qui en découlent, vous permettrait d’accomplir votre programme dans l’amour, l’harmonie, le bonheur et surtout le confort de votre corps.

Or, nous assistons notoirement, dans la plupart des cas, à un vieillissement prématuré de votre corps par le simple jeu de l’échauffement de vos plans vibratoires liés à une déviation de votre trajectoire naturelle.

Imaginez un engin spatial véhiculé par une énergie mécanique entrant dans votre atmosphère. C’est d’ailleurs le cas de vos fusées, alors que le mouvement naturel d’introduction dans votre espace-temps devrait être cinétique. Vous connaissez l’échauffement qui se produit du fait du frottement de ce véhicule contre votre atmosphère. Il en est presque pareil de votre corps se confrontant aux milliers de décisions que vous posez journellement, et qui vous empêchent de poursuivre votre trajectoire dans la fluidité.

Ignorez-vous que vous êtes des êtres d’éternité ? Ignorez-vous que le Temps n’a aucune prise sur vous car vous êtes son propre créateur ? Ignorez-vous que l’appartenance à un espace-temps ne vous ôte pas de la possibilité de vivre dans tous les temps en simultané ? Ignorez-vous que votre expérience de conscience n’est que la somme de toutes vos actions simultanées dans tous les temps simultanés ?

Alors à quoi peut bien vous servir ce mécanisme de résistance qui ne fait qu’abréger la durée de votre expérimentation dans ce corps en l’usant prématurément ?

Nous savons, bien évidemment que de nombreuses races galactiques sont venues sur votre Terre pour expérimenter la richesse sensitive de la souffrance. Nous savons que la surcharge de cette masse expériencielle vous amène à développer des systèmes de croyance et surtout des zones d’expérimentation qui surchargent vos circuits. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreux Marcheurs se sont incorporés sur votre planète afin de soulager votre charge.

Néanmoins qu’en est-il de la part qui incombe à la présence de ces êtres et celle qui prévaut de l’acharnement de votre ego à vous retenir hors de votre voie. J’avoue que l’observation de ce mécanisme me laisse perplexe. En effet, c’est comme si vous aviez soudain perdu la mémoire de ce que vous êtes, et surtout la sensation de votre éternité, ce qui est bien évidemment impossible. Alors qu’attendez-vous de ce type d’expérience ? Nous savons aujourd’hui que l’expérience du chaos et de la souffrance matérialisés a été pour beaucoup dans la fulgurance de votre développement et surtout dans la richesse de moyens et solutions que vous avez développés, notamment ces trente dernières de vos années. Pourtant cela est-il vraiment nécessaire ? Est-ce que la charge de souffrance que cela génère dans votre corps en vaut réellement la chandelle ? Permettez-moi de ne pas abonder dans votre sens.

Je reste convaincu pour l’avoir vécu dans des milliards de monde, que la « ligne de moindre résistance » est ce qui procure le plus ultime accomplissement, notamment du fait de l’espace libéré par le simple fait de ne pas mobiliser l’espace-temps dans une production vibratoire saturant et échauffant inutilement les trajectoires que vous constituez.

Je vous demande de réfléchir à cela et surtout d’observer la saturation permanente que révèle votre corps face à ces mécanismes. Alors peut-être pourrez-vous constater qu’il vous suffit « d’écouter » ce que vous dit votre corps et d’orienter vos décisions dans cette direction pour que tout se produise avec miracle.

, , , , , , ,

4 Commentaires

LA CRÉATION : LE PROCESS ÉNERGÉTIQUE


Le propos de cet article est de détailler les éléments qui composent le process énergétique de la création et leur mise en œuvre, afin d’aboutir à l’acte de création. Cet exposé touche absolument tous les types de création, qu’elles soient infimes (comme le fait de prendre son petit déjeuner le matin) jusqu’à des projets de très grande envergure mettant en jeu la trajectoire d’évolution de la vie et de la conscience.

 

Les éléments constitutifs du process de création

Plusieurs éléments sont à prendre en compte :

– Vos codes identitaires
Il s’agit des caractéristiques énergétiques issues de l’union génétique parentale, associées aux informations (issues de votre expérience antérieure, future et simultanée 1) qu’a choisies l’âme, pour entrer en incarnation humaine et expérimenter un certain nombre d’aspects, définis au préalable par elle-même. A noter que le choix énergétique des parents géniteurs ne relève pas d’un caractère fortuit ou hasardeux, mais bien d’une définition vibratoire précise (même si vous n’en avez pas conscience ou que vous le refusiez), en vue d’obtenir un résultat qui a abouti à la création du corps humanoïde lui-même.

Ces codes définissent toutes vos caractéristiques vibratoires. Elles conditionnent votre profil physique, émotionnel, psychologique et spirituel dans l’objectif de réaliser une expérience d’incarnation précise. Ils définissent à la fois vos talents et vos aptitudes physiques, psychologiques et mentales, ainsi que les points de tension et d’inconfort qui vous habitent (vos déséquilibres). Ces derniers sont au moins aussi importants que vos aptitudes et qualités naturelles. C’est à travers leur intégration en conscience et leur équilibrage que vous évoluez le plus rapidement, et que votre conscience peut ainsi changer de paradigme. Cette évolution constitue la raison d’être du processus d’incarnation.

Les codes identitaires sont les filtres de lecture de la Réalité de la vie. Ils filtrent la nature et le contenu des informations transmises par le contact que vous avez avec l’environnement, et crée votre réalité subjective. Ils retiennent et rendent accessibles ces informations pour faire évoluer la perception du monde qui vous entoure et celle que vous développez de vous-même. Cette perception se nomme la conscience.

– Les informations de l’environnement
Je compare la masse que constituent ces informations à un véritable océan tant est considérable le volume des informations disponibles. En effet, elle est composée des informations et des fréquences émises par tous les membres de l’Humanité, d’un ensemble d’informations intangibles tel que les fréquences stellaires émises par les planètes et les étoiles de notre galaxie, celles émises par les radiations luminiques de tous ordres, par la fréquence de chaque particule de matière, les fréquences émises par les actions de tout être vivant, etc. Nous pouvons comparer cette immense source de données à un océan dans lequel nous baignons.

Le corps humain filtre cette masse de données afin que la conscience (celle de l’humain qui prend conscience de lui-même) ne se dilue pas dans l’Informel (le sans-forme). Ce filtre crée une forme qui prend sa qualification à travers deux composantes : la composition biologique, vibratoire et cellulaire du corps humanoïde ainsi que par les actions qu’il initie. Sans cette matière, il se diluerait dans l’Indifférencié, et ne pourrait dérouler sa trajectoire de conscience. Toute direction donnée nécessite une forme pour se définir et se mettre en mouvement. Elle définit ainsi le sens de  l’expérience.

– Le filtre personnel que constitue les codes identitaires
Une bonne maitrise de la trajectoire de vie nécessite une parfaite compréhension et une bonne assimilation des codes identitaires. Le processus d’assimilation des codes identitaires constitue la partie la plus laborieuse et la plus contraignante de l’espace-temps de vie. Autrefois, elle nécessitait la mobilisation de la quasi totalité des ressources physiques, mentales et matérielles avant d’aboutir à la propre définition de son être. La plupart du temps, cela ne se produisait qu’à un âge avancé. Aujourd’hui, l’âge d’intégration intervient parfois plus tôt pour certains individus. L’utilisation réelle (sans le filtre des illusions construites par l’ego) de l’outil que constitue le corps physique est formatée par les codes identitaires. La parfaite connaissance et la bonne intégration de ces codes constituent la condition sine qua non d’une trajectoire de vie satisfaisante et heureuse pour l’individu. Avant ce stade, la vie s’exprime comme étant un laboratoire d’intégration dont l’action se déroule de point de tension en point de tension. Se crée ainsi une trajectoire de vie parsemée de peines, d’angoisses, d’insatisfactions et de frustrations, car il existe un écart important entre ce que notre corps nous suggère et ce que nous aimerions faire, et notre réalité quotidienne . Ces difficultés servent de fondations à l’expérience d’incarnation et vous donne la possibilité de comprendre votre rapport au monde. Elles affinent ainsi la perception que vous avez de vous-même, celle que vous avez de votre environnement et celle de la nature des qualités énergétiques et de ses mécanismes que vous utilisez et développez pour transformer la matière. A l’issue de ce processus, l’humain découvre le sens de ses codes et son propre mode d’emploi.

L’écueil de ce process réside dans l’interface sociale (l’ego) que vous créez pour faire face à l’avalanche des tensions constituant votre première phase d’apprentissage pendant la période qui commence à la naissance et se poursuit jusqu’à l’état d’adulte responsable. Je mets le mot « responsable » en caractères italique, car nous ne pouvons pas dire qu’un individu est réellement responsable tant qu’il est dirigé par les pulsions émotionnelles et illusoires qu’émet l’ego en mal de reconnaissance.

La présence de l’ego est fondamentale pour l’équilibre de l’individu dans la mesure où la charge énergétique que crée l’afflux de stimuli généré par l’environnement, rendrait fou et désorienté quiconque n’en disposerait pas. Néanmoins, en connaître les composants et la réelle nature permet de ne pas se faire piéger dans des formes d’idéation illusoires que génère ce filtre en prenant la « réalité filtrée » pour la vraie Réalité. C’est la gestion entre la vraie Réalité et la réalité filtrée (parasitée par l’ego) qui donne les meilleures trajectoires d’évolution de la conscience.

– Le filtre personnel créé par le contact avec l’environnement
Dès la naissance, l’humain est soumis à un certain nombre de pressions codales. En tout premier lieu, des systèmes de croyance s’impriment dans le profil vibratoire de l’enfant par le biais de ce que ses géniteurs pensent qu’il est bon pour lui et son insertion dans la société. Ils sont variables selon les zones géographiques et ethniques de naissance. Naitre de sexe féminin aujourd’hui en Inde porte une charge énergétique différente de celle de naitre en France. L’environnement du Moyen-Age a été différent de celui de notre époque contemporaine. Autant de paramètres énergétiques qui ont une grande influence sur la construction de nos systèmes de croyance.

Les systèmes de croyance parentaux sur le mode éducatif d’un enfant constituent les premières informations qui parasitent et altèrent nos codes identitaires. Le contenu des références culturelles de notre environnement nous transforme également avec une intensité plus ou moins grande, selon les codes de lecture évènementiels générés par nos codes identitaires et les filtres que nous portons. Si nous entrions totalement en opposition avec  notre environnement, par la simple expression de nos codes identitaires, nous mettrions pratiquement notre existence-même en jeu, en créant une tension insupportable. Au fur et à mesure de notre croissance, nous nous conformons de plus en plus à ces codes extérieurs, qu’il en soit conscient ou non, afin de nous créer un environnement sympathique et agréable possible. Au moment où notre indépendance s’éveille (à l’adolescence), nous entamons une période de construction plus autonome, qui se préoccupe plus de nos envies (provenant en grande partie de l’impulsion issue de nos codes identitaires, mais encore fortement empreinte de notre milieu sociétal et éducatif). La démarcation entre ces codes extérieurs et nos codes identitaires est confus. La plupart du temps, cette confusion provoquera une crise existentielle qui émergera vers l’âge de 25 ans pour les garçons, et de 20 ans pour les filles, ou beaucoup plus tard selon certains individus. Cette crise est due essentiellement à l’écart qui existe dans notre structure de vie quotidienne entre l’énergie émise par nos codes identitaires et celle créée par celle-ci. Si l’écart est important, la crise sera majeure afin de réorienter notre trajectoire de vie dans un sens plus conforme à nos codes.

C’est le moment où il est essentiel d’identifier ces influences et les choix qu’elles déterminent pour ne pas les confondre avec ses propres codes identitaires. Pour prendre un exemple caricatural et simpliste, lorsque vous avez été enfant, on vous a appris que telle couleur est le rouge ou le jaune, que cela est un arbre, que la Terre est ronde, qu’elle est inscrite dans un ensemble qui s’appelle l’Univers, informations que vous avez fait vôtres sans pour autant les déterminer par votre expérimentation personnelle. Il s’agit de conventions que vous avez acquis en faisant confiance à vos proches éducateurs. Il s’agit de codes sociétaux qui ne passent pas par votre expérience personnelle. Ils impriment puissamment votre vision du monde puisque vous utiliserez ces notions toute votre vie, sans remettre en question leur bien-fondé et leur réalité. Pourquoi un arbre ne serait pas une voiture ou un être vivant. Qu’est ce qui vous prouve que la Terre est ronde et pas plate ? Etc ? Je donne ces exemples pour que vous preniez conscience que votre vision est ordonnée par des informations que vous avez acceptées sans même y porter attention. Il en est de même pour des informations de nature plus subjectives telles que la religion, le racisme, etc, autant d’influences fondamentales ayant une influence importante sur notre vision du monde et de notre environnement immédiat. Nous sommes là bien loin de l’énergie de nos codes identitaires.

 

Évidemment, je simplifie les éléments décrits dans les paragraphes précédents pour définir la nature des énergies qui entrent quotidiennement en action dans et pour chaque acte de création.

 

Quelle est la définition d’un acte de création ?

Un acte de création se définit par toute action qui modifie l’énergie, la matière et la géographie de l’environnement dans laquelle vous évoluez.

Le process de création peut être ramené à la simple mise en forme d’énergies, de fréquences, afin de créer un ensemble codal. Son process énergétique est la symbiose, afin de créer quelque chose de pensé, de vos codes identitaires et des codes et énergies émises par votre environnement, en vue de faire évoluer votre expérience. Il n’est pas nécessaire de faire des études ou d’être intelligent pour créer. C’est presque même plutôt le contraire. Plus vous vous débarrassez de toutes références culturelles, familiales et historiques accumulées en vous, plus vous êtes en phase avec l’énergie de l’Instant dans sa diversité et sa spontanéité, et plus vous êtes créatif.

La caractéristique première d’une création est qu’elle doit vous surprendre vous-même. Son aboutissement doit presque vous prendre par surprise. Plus vous découvrirez en elle des éléments auxquels vous n’aviez pas pensé, plus elle vous emmènera loin.

La création n’est pas une énergie qui émane du mental. La création est un désir. Cette énergie est générée par le corps cellulaire (la sensation corporelle s’en ressent dans le ventre). Elle passe ensuite par le mental qui lui donne sa forme conceptuelle, puis elle entre en action et se matérialise. Le désir n’est que la symbiose des stimuli des informations transmises par votre environnement et de vos propres codes identitaires, afin de répondre aux besoins de ceux-ci.

 

Les déséquilibres dans l’acte de création

Première déduction. La méconnaissance ou une perception déséquilibrée des codes identitaires amène une vision distordue de la Réalité. Cette vision distordue crée des éléments qui sont mis en œuvre et interagissent avec votre idée de création. Plus la vision est distordue, et plus le résultat (basé sur ces informations distordues) s’avère insatisfaisant pour vos codes identitaires. Cela vous amène, encore et encore, à renouveler les mêmes expériences pour obtenir le résultat que vous souhaitez, sans pour autant obtenir satisfaction. Grosse perte de temps et d’énergie. Grosse frustration.

Plus les filtres déformants générés par cette méconnaissance sont nombreux, plus la création est difficile et laborieuse. Ainsi se crée-t-il une grande distance entre la réalité matérielle des énergies en présence et l’idée (la vision) que vous en avez. C’est comme si vous utilisiez des mauvais mots pour transmettre votre pensée. Ils sont incompris par votre réalité. Donc, si vous tentez d’agir en vous appuyant sur une réalité déformée par vos filtres, il vous sera difficile de matérialiser quoique ce soit. Les énergies que vous mettrez en mouvement ne seront pas reliées à la réalité de votre énergie (les codes identitaires) et ne possèderont pas les fondations nécessaires à leur mise en matière. Cette réalité décrochée de la réalité matérielle et énergétique des choses ne sera pas en phase avec votre corps, ni en harmonie avec votre environnement. Il sera alors difficile d’entrer en matière et de générer un processus créatif. S’il s’accomplit, il se matérialisera en grinçant et n’aboutira qu’à force de volonté mentale. Il produira un résultat insatisfaisant.

Les distorsions existantes entre votre désir et les perceptions déformées par les filtres de votre mental et de vos croyances (y compris la vision que vous avez de vous-même) génèrent une fausse compréhension de qui vous êtes. Elles vous amènent à des impasses matérielles qui font que vos projets n’aboutissent pas parce que votre désir a été mal défini par vous-même 2. Vos empreintes émotionnelles et mentales, projetées sur la réalité des choses et des évènements, distord la trajectoire de vos énergies dans la direction du but à atteindre. Par exemple, si vous croyez que quelque chose est ou sera difficile, vous créez cette difficulté. Si vous croyez l’inverse, vous aimantez la facilité.

Dans ce cas de figure, l’idée de la création dépend des empreintes culturelles et émotionnelles. Posez-vous la question de ce qui est rattaché à cette création. Est-ce un désir de représentativité sociale ? Si oui, l’ego désire. Il y a peu de chances que ce désir se réalise, car le projet n’est pas porté par l’enracinement de votre énergie dans le corps. Il est porté par une émotion qui, par définition, ne possède pas de racines énergétiques. L’idée n’est que mentale et/ou émotionnelle. Elle aura beaucoup de mal à être alimentée par vos propres énergies parce qu’elle ne correspond pas à une nécessité émanant de vos codes et participant à l’évolution de votre conscience.

 

La création s’enracine par l’énergie du corps physique

La création doit obligatoirement s’enraciner par l’énergie du corps physique 3. Tout ce qui a un sens et une utilité pour votre conscience se réalise facilement. Tout ce qui ne l’est pas, ne porte pas une énergie suffisante pour se concrétiser autrement que par la volonté et la violence.

La formulation de l’idée est essentielle. Soit elle est le fruit d’une maturation et d’une évolution de vos énergies à travers le prisme de vos codes identitaires : à ce moment-là, elle porte un sens pour vous dans le mouvement de l’évolution, et elle est en accord avec l’évolution de la conscience de votre être. Soit elle est l’émanation d’une représentation culturelle ou sociale prenant ses fondements dans les apparences : cela a pour conséquence un manque d’assise, un manque d’énergie qui nécessite une forme de violence pour s’approprier des énergies qui ne sont pas en résonance avec vous et qui partent d’autres sources : sociales, économiques, etc.

 

Questions préparatoires à la création

Les empreintes culturelles sont extrêmement parasitaires (pour prendre l’exemple d’une empreinte sociétale très française : posséder sa propre maison). Lorsqu’une idée émerge de votre être, centrez-vous sur vous-même, et tentez de percevoir si l’énergie provient de votre ventre, ou de votre tête. Si elle vient de votre ventre, il existe de fortes probabilités pour qu’elle soit l’émanation de vos codes identitaires. Si elle vient de votre tête, il est probable qu’elle est issue d’une énergie plus mentale. Dans ce cas-là, prenez votre temps. Observez si elle résiste au passage du temps. Si elle est importante pour vous, elle demeurera en l’état et vous pourrez la prendre en compte. Si non, vous avez la réponse sur le bien-fondé de votre idée.

Posez-vous les questions suivantes. En avez-vous réellement envie ? Cette création est-elle vitale pour vous ? Est-ce qu’elle ne constitue pas une énorme énergie consommée alors que, peut-être, vous pourriez l’utiliser pour des choses plus fondamentales ? Etc ?

 

La création, énergie de l’Instant

La création doit être une émanation de l’instant. Même si elle existe depuis longtemps, elle évolue. Elle ne peut pas être une idée fixe (dans le fond et dans la forme) que vous tractez depuis des années, sans modification. Si tel est le cas, elle est inadaptée aux énergies dans lesquelles vous évoluez actuellement. Le monde a changé. Vous avez changé. Votre idée provient du passé. Si elle ne s’est pas adaptée, elle n’est pas en phase avec l’énergie d’aujourd’hui. Elle n’est donc pas alimentée en énergie, car elle trouve ses origines dans un temps révolu. Il est probable qu’elle soit issue d’empreintes culturelles ou familiales. Là encore, la connaissance de vos codes identitaires s’avère obligatoire. Autrement, se produisent des distorsions dans la perception des énergies de l’Instant, provoquées par les filtres que vous avez développés.

 

Les habitudes

Un point important à percevoir sur la nature de ces parasitages. Tout être humain est porteur d’habitudes qui créent une sensation de stabilité et de confort (votre « bulle ») dans le maelstrom permanent de la vie. Il est important de comprendre que ces habitudes mentales ou émotionnelles 4 sont directement issues des empreintes culturelles et sociales. Si vous souhaitez que vos créations soient les plus proches possible des besoins de vos codes identitaires, il est important de vous déformater du passé, et de prendre conscience de l’influence de vos empreintes, en essayant la nouveauté, spontanément.

 

Liens entre la création et la sexualité

Dernier point dont nous prenons rarement conscience. Le ressenti physique de la création est très proche de la sensation du désir sexuel. Désir de création et désir sexuel prennent leur énergie et leur source au même point énergétique d’émission : celui de la pérennité de la vie. C’est biologique et vous n’y pouvez rien. Par conséquent, si vous n’êtes pas à l’aise par rapport à votre sexualité, aux fantasmes qui vous habitent, ou qu’il vous est difficile d’exprimer votre créativité dans la sexualité, du fait de tabous ou d’interdits culturels ou religieux, cela génère certains barrages à la création. Il s’agit là d’un mécanisme purement énergétique qui transcende toutes les idées que vous pouvez avoir sur la question.

Seul remède : l’observation de votre sexualité et sa libération dans tous les aspects créatifs qu’elle suggère. En général, chaque interdit mental constitue un frein à la création. Vous cherchez parfois très loin les causes du non-aboutissement d’un projet alors, qu’elles résident simplement dans une sexualité inexistante, occultée ou insatisfaisante. En d’autres termes, si vous voulez développer pleinement votre créativité, faites en sorte de vivre une sexualité épanouie.

La libération de la créativité sexuelle et de l’expression de vos envies conditionne la capacité de développement de la création. Il peut se produire une distorsion du processus créatif par interdiction intérieure d’innovation sexuelle. Comment innover sur le plan de la création si vous ne libérez pas votre énergie sexuelle ?

 

La création, la violence et les violences sexuelles

Un aspect qu’il est très difficile d’intégrer tant le rejet de la violence est puissant dans notre société. L’être humain s’est construit sur l’énergie de la violence. Si vous regardez la trajectoire d’évolution de l’Humanité, vous observez que depuis la Préhistoire (à part les soixante dernières années en Europe), l’humain, pour survivre, a dû se battre contre l’énergie de prédateurs (animaux puis humains). La violence s’est ainsi étroitement liée à l’énergie de la Force de vie jusqu’à en devenir un des paramètres inconscients. Dans l’inconscient collectif, violence et énergie vitale sont si étroitement liées dans les mémoires cellulaires de l’humain, qu’elles font partie intégrante de la vie. L’attitude face à cette énergie de violence que chacun sent en soi-même est :

– soit un rejet total qui a pour conséquence de vous amputer d’une grande fraction de l’énergie vitale nécessaire pour créer ;
– soit une confusion engendrant une puissante énergie de volonté (volonté et violence ont la même racine étymologique). L’énergie de la volonté est récupérée par le mental pour imposer à son environnement, et notamment aux autres, sa vision des choses. Cela en fait, d’une manière plus ou moins apparente, une énergie dominante, un prédateur (« je t’impose mon énergie et mes décisions et je t’empêche d’en faire autant car toute création de ta part risque d’empiéter sur mon territoire et me mettre en danger »).

Le rapport inconscient force vitale/violence constitue une des énergies occultes qui altère la spontanéité de la création et la puissance inhérente à son process. Il est clair également que le refus viscéral de la violence altère puissamment la possibilité de création.

Dans les mémoires ancestrales de violence, le viol et les violences sexuelles sont les plus traumatiques car elles touchent directement à l’intégrité de l’individu, peut-être encore plus que le meurtre. Un être violé vit toute sa vie avec cette empreinte. Pourquoi le viol ? Tout simplement car, au début de l’existence humaine, la nécessité grégaire de se rassembler était vital ainsi que celle de procréer afin de renforcer le nombre d’individus du clan. Le kidnapping et le viol de femmes étaient monnaie courante afin de procréer. Là aussi, se trouve une source importante de castration de l’énergie de création. L’énergie vitale s’est fortement empreinte de mémoires de violences sexuelles, et évidemment de leur refus. Vous placer dans un rapport émotionnel par rapport à cette énergie équivaut à castrer vos possibilités de création. La seule position possible pour ne pas les altérer est d’observer le mécanisme et le contexte social et historique du viol, et de comprendre que la survie de l’Humanité, à cette époque, a été conditionnée en partie à ces mécanismes inconscients de survie. Vous pouvez alors prendre du recul, vous mettre en paix avec cette énergie, même s’il est évident qu’il n’est en aucun cas possible de cautionner aujourd’hui ce type d’agissement. Ainsi s’établit un recul par rapport à cette énergie. L’énergie de création s’en libère.

 

Pour conclure, j’entends parfaitement qu’il est extrêmement difficile de prendre conscience de ces multiples mécanismes d’autodestruction en soi. Probablement, certains de mes propos vous ont choqué. Vous les refusez peut-être. Prenez le temps d’y réfléchir à froid et de relire ce texte à quelques semaines d’intervalle. Vous observerez alors dans quel champ de votre histoire ou de votre inconscient ils résonnent. C’était le propos de ces lignes : ouvrir des pistes.

 

 


1 : Nous partons du postulat que le lecteur croit en l’immortalité de l’âme. Dans le cas contraire, cet article n’aurait aucun sens. Lorsque je dis « immortalité de l’âme », je me réfère à l’idée (en dehors de toute religion) qu’il y a eu un « avant » précédant votre naissance (comment imaginer qu’une conscience aussi évoluée que celle de l’humain débute sa trajectoire au point d’entrée de la naissance), et qu’il y aura un « après », après votre mort. La conscience suit une trajectoire d’évolution éternelle ponctuée à certains moments de passages en incarnation.

2 : Parasitages de vos systèmes de croyance culturels, des croyances que vous avez sur vos compétences et capacités, et de celles que vous avez sur votre capacité à les mettre en œuvre, et la perception que vous avez des moyens matériels que vous pouvez mettre en œuvre.

3 : Observation : si pour une quelconque raison vous éprouvez des problèmes d’enracinement de vos énergies vitales dans votre corps physique, l’acte de création sera perturbé par manque d’énergie vitale.

4 : Par exemple, nos choix alimentaires sont très empreints de ce que nous mangions durant l’enfance. Rien ne peut être meilleur que le gâteau au chocolat fait par Maman.

, , , , , , , , , , ,

2 Commentaires

THÉRAPIE ALTERNATIVE OU CHARLATANISME : LA LITHOTHÉRAPIE


Depuis vingt-cinq ans, j’enseigne et donne des conférences sur la Lithothérapie. Cette science millénaire étudie l’usage des minéraux à des fins de soin ou de mieux-être. Très tôt, dans son histoire, l’homme a observé que certains minéraux avaient des vertus soignantes. Ces connaissances, à travers le travail des alchimistes au Moyen Age, ont été à l’origine de l’industrie chimique et ont été oubliées lors de son essor. Elles ont réémergé dans les années soixante-dix, aux Etats-Unis. Elle s’est ainsi teintée d’illusions et d’ésotérisme comme toutes les techniques issues du New Age. De grands efforts de recherche et de pédagogie ont été fait par mes confrères et moi-même pour sortir cette science de son environnement sulfureux. Aujourd’hui, ce travail a porté ses fruits. Il paraît bon nombre d’ouvrages sérieux, et le grand public admet qu’une pierre peut avoir des effets sur le corps humain. L’intérêt de ce mode thérapeutique s’accroit d’année en année, de plus en plus mentionné dans la presse jusqu’à en faire un « sujet de société ».

Les professionnels  oeuvrent pour que cette science soit prise en compte, aussi bien près des professions de santé que du public. Les informations que nous donnons sur les bienfaits et vertus des pierres reposent sur des observations empiriques. Lorsque le même effet d’une pierre a été constaté sur des centaines, voire des milliers d’individus, nous pouvons affirmer qu’elle possède la vertu qui lui est attribuée (cela s’appelle une « revendication » dans la profession). C’est de cette façon que la médecine allopathique a été construite. C’est une méthode éprouvée et avérée qu’utilise pratiquement toute la recherche.

Il est clair que la Lithothérapie ne peut se substituer à la médecine conventionnelle. Son action peut se rapprocher de la façon dont fonctionne l’homéopathie ou la médecine énergétique chinoise. Lorsqu’une maladie se déclare, il est évident qu’il est déjà fort tard dans le processus de déséquilibre de la santé. A ce moment-là, seul l’usage de la médecine conventionnelle ou de la chirurgie sont en mesure d’apporter une solution de santé. Comme la médecine énergétique, chinoise ou autre, la lithothérapie ne peut être utilisée que bien un amont d’un symptôme en travaillant sur les plans émotionnels, mentaux et somatiques, dont les déséquilibres auront parfois des effets dominants dans le déclenchement de certains troubles physiologiques. Ils agissent au même titre que les compléments alimentaires ou les huiles essentielles. Mais en aucun cas, ils ne peuvent se substituer à un traitement médical.

Alors, lorsque je lis sur les sites internet de certaines personnes que je ne pourrais sûrement pas qualifier de « confrères » tant leurs assertions sont à des années-lumière du travail des gens sérieux de cette profession, des affirmations qui relient :
– le cholestérol à la Topaze impériale
– la constipation à la Tourmaline noire
– le coryza à l’Emeraude
– les troubles cardiaques à l’Aventurine
– ou les grincements de dent (!!!) à la Sugilite,
je crie au charlatanisme et me demande ce qu’attendent les institutions pour stigmatiser et empêcher de nuire de tels individus. Ces délires ne font pas du bien à notre noble profession. Leur manque de sérieux et les croyances qu’elles véhiculent, dégradent l’excellent travail que fait la majorité de mes confrères, donnant du grain à moudre à ses détracteurs. Aussi, je dis à mes lecteurs : s’il vous plait, lorsque vous lisez de telles bêtises, faites preuve de discernement et ne croyez pas que les minéraux, même s’ils sont de précieux « ouvreurs de conscience », peuvent soigner des maladies. Cela est faux. Il est scandaleux de jouer sur la crédulité des gens.

Faites-vous les ambassadeurs de vos propres expériences, et n’hésitez pas à partager avec vos amis les expériences que vous avez pu réaliser avec les minéraux. C’est en partageant des informations sérieuses, dans le plus grand nombre, que nous pourrons éradiquer ces charlatans de notre profession. Alors pourra se diffuser cette magnifique science qui répond au besoin de mieux-être de notre société. Merci de votre écoute.

Daniel

, , , , ,

6 Commentaires

ORGONITES : SOUFFRANCES DE LA TERRE


Cela fait bien longtemps que je voulais écrire cet article sur les Orgonites. Chaque fois que je passe sur un salon devant un stand présentant ces objets, le rappel se fait dans ma tête.

Aujourd’hui est venu le temps et je souhaite attirer votre attention sur plusieurs éléments de réflexion :

L’Orgonite est un objet fabriqué par l’injection dans une résine de synthèse de fragments de pierres et de métaux précieux ou non. Première observation, qui n’engage que moi. Chaque fois que je me trouve face à un de ces objets, « j’entends » la souffrance de ces fragments de minéraux qui ont été cassés sans respect et sans conscience. Ils sont en souffrance, emprisonnés dans une matière artificielle, définitivement. Placez un humain dans cette situation et vous approcherez de ce que ma sensibilité me transmet. Mais cela me concerne et ce n’est pas le plus grave, même si la question posée est la suivante :

Quel bénéfice peut-on tirer d’un objet qui emprisonne la souffrance en son sein ???
Pour ma part, je ne vois pas comment des fragments de plusieurs minéraux en souffrance peuvent transmettre une quelconque énergie « favorable »(dixit les fabricants de ces objets) !!

Il s’agit de résine de synthèse. Pour illustrer mes propos, voici une anecdote qui m’est personnelle. Il y a vingt ans, interpelé par la prolifération des pierres précieuses de synthèse, je me suis préoccupé d’étudier si les pierres synthétiques (fabriquées en laboratoire pour l’industrie – saphir, rubis, émeraude) pouvaient transmettre une énergie.

Un ami, travaillant dans un de ces labos, m’a alors confié trois barres de ces minéraux pour que je puisse les tester.  J’ai alors constaté, qu’à l’inverse de minéraux naturels, ils ne portaient aucune énergie, ni aucune conscience. A priori, ils ne pouvaient donc pas servir de support énergétique. Poussant l’expérience plus en avant, je me suis dit qu’à partir du moment où il s’agissait de compositions minérales pures et sans défaut, nous pourrions peut-être, en les mettant au contact de minéraux naturels, les « réveiller » par résonance et pouvoir ensuite les utiliser comme pierres de soin. L’idée était intéressante puisqu’ils étaient beaucoup moins chers qu’une émeraude ou un rubis naturel, et surtout pouvaient être produits en quantité, mettant ce support à portée du plus grand nombre. Les premiers résultats furent encourageants puisque nous pûmes constater qu’effectivement, au contact d’une émeraude naturelle, l’émeraude synthétique « enregistrait » l’information. Elle s’animait et émettait des fréquences similaires à celles de l’émeraude naturelle. Malheureusement, après quelques semaines de test, nous fûmes obligés de constater que, progressivement elle « s’éteignait », jusqu’à ce que l’émission disparaisse définitivement. Nous avons donc relégué notre hypothèse au placard.

Je ne vois donc pas comment, a fortiori, on pourrait transmettre une information fiable dans une résine synthétique qui est à des années-lumière, sur le plan vibratoire, d’un fragment de minéral naturel, même en souffrance !!

 

 

Deuxième point, et non des moindres. Le fabricant « programme » par la pensée, une intention d’action (dégagement des pollutions électromagnétiques, rééquilibrage des rythmes de santé, etc). Ce « programmateur » aussi « équilibré » soit-il (et je me garderais bien d’émettre une quelconque appréciation face à des personnes dont la bonne volonté d’apporter du bien-être est évident), n’est qu’un humain. Même s’il a fait un travail de développement personnel sur lui-même et paraît équilibré, il est porteur de son histoire, de ses blessures et de ses propres filtres. Donc, sa programmation est forcément porteuse de ces éléments.

Personnellement, je me garderais bien d’enfiler les « vêtements » d’une autre personne. J’ai bien assez à faire avec les miens. De là à porter un médaillon autour du coup, ou de poser une pyramide sur ma table de salon : NON.

Par ailleurs, les minéraux « souffrants », inclus dans la résine, sont bel et bien les éléments qui supportent et mémorisent la programmation (puisque la résine ne peut le faire). Un minéral à l’état naturel, quel qu’il soit, émet sur le champ quantique, donc dans toutes les directions et tous les espaces-temps, sauf lorsqu’un humain le programme. En le faisant, il limite considérablement son champ d’action en l’orientant dans une direction donnée (dépollution, par exemple), et en utilisant un minéral en souffrance (quels résultats ??).

 

 

Dernier point : le mot « Orgonite » est dérivé d’un nom qu’a donné Wilhelm Reich, chercheur du XXè siècle, à l’énergie universelle ou cosmique. C’était un allemand qui s’est réfugié aux États-Unis à l’avènement du régime nazi.

Ses travaux étaient le prolongement des travaux de Nicolas Tesla, et furent si avancés qu’ils attirèrent l’attention des autorités américaines dans les années cinquante. Il fut condamné à deux ans de prison pour outrage à la cour en 1956, pour avoir affirmer qu’un tribunal civil n’avait pas la compétence de juger une recherche scientifique. Il mourut en prison de crise cardiaque en 1957. Aucune autopsie ne fut pratiquée. Ses travaux furent totalement saisis par le FBI et incinérés à New York.

Je trouve infiniment fallacieux de relier le nom de ce génie à des objets qui n’ont sûrement pas la noblesse et la pertinence des travaux de Wilhelm Reich, et qui trouvent justification de leur nature par la simple reliance aux idées de ce chercheur.

 

 

Enfin, chez certains fabricants, les Orgonites sont de très beaux objets. Comment imaginer que de si belles créations puissent être porteuses d’une énergie aussi déséquilibrée ?

 

Voilà le fruit de mes réflexions. Je suis parfaitement conscient, qu’encore une fois, je soulève une polémique et ne vais pas me faire des amis. Je laisse chacun à ses choix. Je ne fais que partager des ressentis d’un homme vivant depuis quarante ans au sein des minéraux comme j’ai pu le faire, il y a quelques années avec mon article sur le Shungite, et qui en a fait son métier.

Amour et Lumière

Daniel

, , , ,

14 Commentaires

LA PERCEPTION DE L’EXISTENCE NE REPOSE PAS SUR DES CROYANCES


L’ensemble des questions existentielles que vous pouvez vous poser ne peut trouver réponse sur un champ de réalité reposant sur des croyances erronées. Ainsi en est-il d’un être qui pense percevoir le sens de ce qu’il est et de ce qu’il doit faire, mais qui se trouve confronté à une impossibilité matérielle de réaliser ce qu’il porte, sans comprendre le sens de cette impossibilité.
Vous avez donc à abandonner la perception et la croyance que vous avez de l’âme. L’âme n’est pas cette version mentale et « éternelle » de votre ego sur laquelle vous avez basé votre croyance en l’éternité. Il n’existe pas dans l’univers de construction énergétique de cet ordre. En d’autres termes, l’âme telle que vous la concevez n’existe pas. Partant de là, l’ensemble des perceptions et des croyances reposant sur l’âme ne sont que constructions purement mentales. Il ne faut pas chercher plus loin la raison de votre impossibilité à appréhender votre atemporalité et votre éternité. Or, tant que vous ne sortez pas de votre temporalité, vous ne pouvez percevoir la tessiture de la Conscience, et donc ne pouvez ajuster votre parcours d’expérimentation aux besoins des perceptions de votre conscience.

Je sais qu’il est extrêmement difficile pour vous de comprendre ces phrases. Pourtant, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous vous trouviez dans l’impossibilité de localiser physiquement votre âme ? Pourquoi également éprouviez-vous parfois la sensation d’être plusieurs corps à la fois, placés en différents temps ou différents lieux ? La réponse se situe dans ce mode de perception.

L’adjonction d’un « cinamum* » temporel permet à votre structure d’appréhender ce qu’elle est. L’abandon des croyances nécessite une grande fluidité. Vous pouvez partir du principe que vous ne comprenez rien à ce qui vous définit et vous entoure, et que toute tentative allant dans le sens d’une définition de votre environnement et des systèmes qui vous régissent, est, par définition, vouée à l’échec, car reposant sur l’émanation de sensations et de perceptions d’un système (vous) perçu à partir d’une base erronée. Quelle peut-être la solution ?

Simplement vous contenter de vivre votre réalité spatio-temporelle, sans tenter de la définir, mais en répondant positivement aux stimuli de toutes sortes que vous adresse l’univers. La création d’espace-temps qui en résultera vous permettra alors de retrouver un nouveau mode de perception établissant un lien entre votre réalité spatio-temporelle et la Conscience manifestant une expérience à travers vous.

 

* cinamum : structure temporelle reposant sur un fractionnement de l’espace-temps permettant d’établir un focal entre la perception atemporelle d’un système et sa matérialisation dans un espace-temps défini.

, , , , , , , ,

1 commentaire

LA CONFIANCE DU MARCHEUR


L’inexorable Sens du Temps déroule son altérité et entretient son ambiguïté avec l’être. Longtemps, l’homme s’est demandé qui il était et le pourquoi de sa présence sur la planète. Longtemps, il a regardé les étoiles, le vent, la mer, à la recherche de l’insondable, ce qui fait qu’il est au-delà de toute éternité et qui fait qu’au-delà de ses systèmes de croyance, il demeure l’évidence d’exister hors du temps, au-delà de l’espace et de la Vie.

L’Homme a à se retourner vers lui-même et à abandonner, une fois pour toutes, cet espèce d’enfantillage qui consiste à déclarer haut et fort, ou timidement, qu’il ne sait pas.

L’altérité de la Conscience est une perversion de l’ego qui donne à penser qu’il sait, alors qu’il masque la perception essentielle du Marcheur. Le Marcheur des Mondes brandit cette altérité. Il est à la fois être d’ambivalence mais aussi symbole de synthèse conduisant inexorablement à l’expérience de l’Unité.

Pourquoi alors ne pas l’admettre ? Chaque homme et chaque femme de cette planète est un Marcheur. Alors, que signifie cette errance qui consiste à détruire la Vie, à courir après des chimères et à demeurer dans cet éternel questionnement, comme s’il ne savait pas.

L’empreinte de la Conscience est une chose rare et pourtant omniprésente. Elle s’esquive toujours lorsque l’on croit l’avoir atteinte ou comprise. Elle s’échappe de toute formulation car toute formulation ne revêt que la parcellisation des mots. En d’autres termes, la Conscience est informulable.
Alors que faire ? Le seul mot que vous pouvez poser, qui agit comme un sésame sur l’être est : CONFIANCE.

Vous SAVEZ, vous ÊTES, vous DEMEUREZ, et les questions s’effacent. L’altérité demeure car elle constitue les fondements de l’Homme. Mais l’inconfort du questionnement disparaît et seul demeure la réalité d’être.

, , , , , , ,

1 commentaire

PIERRE DE L’ANNÉE 2017 : LA RHODONITE


La Pierre de l’Année donne des indications précises sur la fréquence énergétique qui dominera l’année, sur le plan planétaire. Elle a donc une incidence profonde sur la « coloration » des évènements que vous vivrez tout au long de l’année. Il sera particulièrement intéressant pour vous de les regarder au filtre de l’exposé qui suit.

L’année 2016 était placée sous l’égide de l’Aigue-marine. Pierre de communication par excellence, elle active tous les mécanismes de communication, à tous les niveaux, et notamment elle révèle les non-dits qui perdurent. Tout ce qui n’était pas dit, apparaît en surface. Si nous observons avec un certain recul l’année 2016, nous pouvons constater que cela s’est avéré exact sur un certain nombre de points, sur le plan politique :

  • le Moyen-Orient a révélé au grand jour ses véritables luttes d’influence. Il a toujours été le théâtre où se sont affrontées les grandes puissances. Au lieu d’intervenir en sous-main comme elles le faisaient antérieurement, les évènements ont révélé leurs actions au grand  jour. La Russie a choisi son camp et intervient militairement en Syrie. Les Etats-Unis ont montré qu’ils ne voulaient plus prendre position et se faire les garants de la démocratie, et laissaient les populations civiles dans un pays en guerre sans assistance (tout en criant au haro !). Bachar El Hassad a montré son vrai visage en n’hésitant pas à utiliser les populations civiles comme otages, et en les massacrant par bombardements interposés. Les forces rebelles, en se retranchant dans des zones civiles (Alep, par exemple) ont fait de même. La CEE, mise à part la bonne conscience que lui donne l’illusion de l’intervention de quelques avions sur des points stratégiques de Daech, a montré son incapacité à porter assistance à des populations en grave difficulté, déclenchant par conséquence l’énorme vague d’immigration de populations qui cherchent simplement à survivre.
  • Dans le même mouvement, le nationalisme des pays de la Communauté Européenne et son refus de gérer l’immigration causée par les différentes guerres africaines a révélé l’égoïsme des pays nantis qui préfèrent satisfaire et protéger de soit-disantes richesses nationales qui pourtant ont été créées par l’énorme vague d’immigration des années soixante (la France a la mémoire courte !).
  • La classe politique française a montré au grand jour qu’elle n’était qu’un territoire de jeu pour une classe de politiciens cherchant à préserver les acquis de leur position sans se préoccuper des besoins d’un pays en pleine mutation dans ses structures morales, industrielles et économiques. La place n’est pas donnée à la génération montante.
  • Les États-Unis ont enfin révélé la vision rétrograde d’une société tournée vers elle-même et vers le mirage de l’argent au détriment des plus pauvres.
  • Les médias, par ailleurs, ont montré leur incapacité à être le reflet d’une société mutante, étant complètement au service d’un microcosme théocratique ne prenant pas en compte les innombrables initiatives de changement qui se mettent en place sur le plan local et individuel. La majorité silencieuse se réveille.

En d’autres termes, les masques tombent et le mérite de cette année 2016 aura été de montrer la vraie face d’une classe dirigeante mondiale ne se cachant plus derrière les discours démagogiques qui ont pu faire illusion durant ces quarante dernières années.

Sur le plan positif (et il y en a beaucoup), nous assistons à une énorme levée de la jeunesse et des classes anonymes qui se désintéressent totalement du jeu des politiques politiciennes, se recentrent sur leur champ local, et innovent, créent, mutent, se solidarisent et rejettent en bloc les institutions, et cela dans le monde entier. La jeunesse rejette le poids des systèmes vieillissants et narcissiques ne répondant qu’à eux-mêmes. S’il est moins spectaculaire et ne fait pas l’intérêt des médias, ce mouvement est celui d’un monde futur s’appuyant sur des fondations altruistes de solidarité et de partage et les fabuleux développements technologiques qui s’annoncent.

Malgré ces aspects qui pourraient sembler désastreux, cette vague donne tous les signes de l’émergence d’une conscience se libérant du poids des vieilles hiérarchies et manipulations. Elle profile l’aube d’un horizon où l’amour et le partage s’amplifient, et finiront par prendre le pas sur les égoïsmes individuels.

Sur un plan individuel, il est clair que l’année 2016 a été pour chacun l’année des clarifications de tout ordre, des nettoyages familiaux par lesquels, souvent, de vieux conflits ou de vieilles souffrances ont été mises au jour, ce qui a permis à chacun de prendre ses positions et de s’ouvrir à un monde nouveau. Chacun a pu constater, durant l’année écoulée, la rapidité des mutations et des décisions personnelles qu’il vous a fallu assumer, souvent en très peu de temps, même si elles engageaient la totalité de votre trajectoire de vie (travail, famille, couple, relations personnelles).

Alors que nous réserve l’année 2017 et la Rhodonite.

La Rhodonite est la matérialisation concrète de l’Amour dans la Matière. Il est évident que le mot « Amour » est le plus mal compris de la planète. Pourtant c’est l’énergie que tout le monde connait et dont tout le monde est porteur cellulairement. Qu’on en soit conscient ou non, c’est l’énergie qui a déclenché notre naissance. Nous sommes tous porteurs de cette énergie, mais nous l’avons affublée d’innombrables filtres qui nous ont fait perdre de vue la réalité de son énergie.

Qu’est-ce que va révéler l’énergie de la Rhodonite en 2017.

En tout premier lieu, mettre en évidence tous les aspects, tous les positionnements, toutes les croyances qui empêchent cette énergie de se révéler au monde. Sur un plan collectif, le manque d’amour généré par toutes les actions personnelles ou collectives, de tous ordres, deviendra de plus en plus difficile à supporter, surtout qu’elles ne pourront plus être cachées. C’est ainsi qu’une action orientée vers un profit individuel au détriment d’un plus grand nombre deviendra insupportable à toutes les personnes qui en seront touchées. Cela amènera à privilégier le bien-être collectif plutôt que l’intérêt individuel.

L’observation de ces mécanismes permettra à chacun d’observer le manque d’amour que peut véhiculer ce type d’attitude, et surtout le manque d’amour de soi-même et de reconnaissance de soi qui y est contenu. Le premier pas nécessaire pour atteindre un état de bien-être est de s’aimer dans les petites choses que nous sommes, même si elles nous paraissent mesquines ou insignifiantes. Aimer notre égoïsme, par exemple, au lieu de se juger pour cela. Nous aimer pour cet égocentrisme forcené que nous cultivons quotidiennement alors que tellement d’êtres, à proximité de ce que nous sommes et de l’endroit où nous vivons pourraient avoir leur vie sensiblement modifiée par une simple attention ou un simple regard de notre part.

Aimer la différence. La France est un des pays les plus racistes qui soit. Même si vous n’avez pas l’impression de l’être, observez le regard que vous posez sur un clochard, un SDF, un émigrant ou simplement quelqu’un qui est d’une culture différente de la vôtre (un parisien à Marseille, un marseillais à Lille, un belge à Paris), ou porteur d’un handicap. Vous observerez que vous réagissez à la simple présence de la différence (simplement déjà par le fait qu’elle attire votre attention), et cela est d’ores et déjà du « racisme ».

Aimer vos défauts. Vous êtes les plus sévères juges des défauts que vous vous connaissez. Avez-vous déjà pris conscience que le fait de juger vos « défauts », au lieu de tenter de les réguler, vous empêche d’en comprendre réellement la nature. Vous vous arrêtez au « jugement », et ne regardez pas au-delà. Vous prenez alors la décision de pallier à ce « défaut », mais comme vous ne le regardez pas réellement, puisque vous n’en observez que le déséquilibre, vous ne pouvez en apprendre la qualité qu’il recouvre.

Prenons l’exemple de quelqu’un qui juge les autres (ce qui est souvent le cas quand vous vous jugez). Avez-vous observé que cette énergie du jugement masque la capacité que vous avez de prendre conscience d’un fonctionnement qui ne voit peut-être pas les autres et un besoin d’harmonie et de perfection qui ne peut que vous conduire à vous améliorer. En d’autres termes, l’énergie du « jugement » semblant « négative » à un premier niveau, ne l’est pas, au-delà de ses apparences.

Aimer vos colères. Savez-vous que la colère, dans la plupart des cas, est générée par un mécanisme de défense qui engendre un violent rejet provoquée par une atteinte à votre intégrité. Les atteintes à votre intégrité, lorsqu’elles sont répétitives, peuvent aller jusqu’à vous détruire physiquement parlant. Votre colère est donc souvent légitime. Il s’agit d’un mécanisme vital de préservation. Aimer votre colère équivaut à vous respecter et à aimer cette capacité que vous possédez d’assurer votre survie.

Sur le plan collectif, nous verrons émerger en 2017 un certain nombre d’évènements qui produiront une amélioration du bien-être collectif. Il peut s’agir de ce qui pourrait sembler, de prime abord, comme de simples développements mercantiles, mais qui seront de véritables avancées pour l’amélioration du mode de vie de l’humanité.

L’égoïsme des systèmes institutionnels deviendra de plus en plus insupportable et provoquera un rejet et des sanctions vis-à-vis de leurs promoteurs. On peut ainsi s’attendre à vivre de très grosses surprises lors des prochaines échéances électorales qui refléteront le rejet de la population face à cet égoïsme. Cela se traduira également à l’échelon local et même familial où l’émergence des anciennes valeurs de solidarité et de partage se renforceront.

Sur le plan personnel l’affectif deviendra une énergie qui prédominera sur des objectifs plus généraux que vous avez pu avoir antérieurement (carrière professionnelle, entrepreneuriat, etc). En fait, la relation individuelle pèsera beaucoup plus lourd dans la prise en compte de la qualité de vie. Vos objectifs changeront. Vous observerez qu’il est plus important pour vous de développer une relation de proximité de grande qualité avec les personnes que vous cooptez, plutôt qu’un tissu social élargi qui ne nourrira pas suffisamment votre affect. En fait, votre relation à l’amour va changer. Vous la trouverez moins encombrante, plus riche, plus épanouissante, qu’elle soit sur un plan proche (avec votre partenaire ou vos enfants, par exemple), ou sur un plan plus large, avec des relations moins nombreuses mais de meilleure qualité. Elles seront surtout plus impliquantes sur un plan personnel. L’amour ne sera plus un handicap social ou un domaine réservé (comme on le cantonne trop souvent), mais un moyen de vous développer et d’aborder de nouveaux champs de conscience en approfondissant des relations différentes. L’important n’est plus la quantité mais la qualité.

Vous serez ainsi amené à reconsidérer votre rapport à l’amour par rapport au passé, surtout dans ses épisodes de rupture affective. Vous percevrez que même dans les situations qui vous ont le plus blessé, il en est ressorti de belles choses qui vous ont fait grandir, et ces mémoires « difficiles » s’effaceront progressivement.

En conclusion, les mutations que nous avons connues se poursuivront aussi rapidement. L’énergie se concentrera sur une sphère plus limitée mais de meilleure qualité qui, à terme, débouchera sur un monde de meilleure qualité. Je souhaite à chacun une belle année d’amour, de prospérité et de développement.

Daniel Briez

4 Commentaires

ABANDON DES PARADIGMES PERSONNELS ET PLURALITÉ DE LA CONSCIENCE


ABANDON DES PARADIGMES PERSONNELS

L’urgence de la situation terrestre vous oblige aujourd’hui à entrer dans des nouveaux modes de perception. En effet, la dégradation de votre milieu environnemental est enclenchée de telle façon que seuls des modes de perception inusités et débarrassées des systèmes de croyance en vigueur vous permettront de trouver les solutions adéquates à votre survie sur cette Terre.

Il convient donc que vous disposiez d’un espace suffisant pour intervenir dans d’autres champs énergétiques disposant des ressources nécessaires à votre évolution. C’est la raison pour laquelle certains d’entre vous sont aussi sollicités sur l’abandon de leurs paradigmes personnels et pourquoi autant de gens « disjonctent » (comme vous dites), car refusant de passer à d’autres modes paradigmiques. Il y a lieu de vous interroger sur votre positionnement actuel par rapport aux modes de croyances que vous portez et sur l’opportunité de les maintenir.

PLURALITÉ DE LA CONSCIENCE

La multidimensionnalité est la pluralité de la conscience. Il serait temps que vous compreniez que vous n’êtes pas seulement l’émanation de ce que vous appelez votre âme, mais que vous êtes émanence d’une conscience plurielle qui se manifeste dans la Matière. La Matière absorbe une infinité d’espace-temps et trouve sa manifestation à travers certaines altérités temporelles comme celle que vous connaissez sur votre planète. En d’autres termes, la perception que vous avez de l’existence temporelle telle que vous la connaissez sur votre Terre ne constitue qu’une version parcellaire de ce que vous nommez conscience. Il est donc temps pour vous de réintroduire cette perception sous peine de ne pouvoir appréhender concrètement ce pourquoi vous êtes présent à la surface de votre planète.

, , , , , , , ,

1 commentaire

CONSCIENCE OU GUERRE ?


L’alternance de la Conscience et de la guerre en chaque être de cette planète est le moyen que vous avez trouvé pour proclamer votre existence à l’Univers. Il s’agit d’une approche originale qui n’avait jamais été tentée par aucune des civilisations de vos galaxies. Mais pourquoi pas !!

Il est clair que cette ambivalence crée pour certains d’entre vous des fulgurances qui ne sont pas très éloignées de l’instant qui précède la Création. Alors gardons-nous bien de poser un quelconque jugement sur une démarche qui a d’ores et déjà démontré la richesse de son apport créatif. L’indétermination existentielle dans laquelle cela vous a placé constitue une des plus remarquables percées dans le domaine du cheminement de la Conscience.

L’Altérité a trouvé chez vous ses lettres de noblesse. Vous en avez fait un symbole : celui de la survivance. Et à cela, aucun Marcheur ne peut rester indifférent. C’est peut-être pour cela qu’il existe une telle concentration de Marcheurs sur votre Terre. Le problème du retour à la Paix se pose alors à vous avec une profonde acuité. Est-elle réellement nécessaire ? Ne risque-t-elle pas de détruire un cheminement sans précédent ? Est-il réellement indiqué de retrouver un sens qui, sûrement, a prévalu dans le cheminement des humanités, mais a aussi démontré les limites de son développement ?

L’enjeu est considérable. Car il n’est pas moins que la capacité de la Conscience à pénétrer la Matière. L’aspect que vous avez développé est totalement original. Il n’existe pas d’équivalence de par les Univers. La magnificence de votre création et des impacts que génère la destruction est totale. Alors, au nom de quoi pourrions-nous imposer un modèle de pensée qui nierait tout cela, ou le ramènerait, pour le moins, au rang du seuil des mémoires. Il est probable que les prochaines années de votre ère nous donneront un certain nombre de réponses ou de pistes. En attendant, regardez simplement l’Instant et magnifiez-le.

, , , , , , , , , ,

1 commentaire

L’IMPORTANT C’EST LA QUESTION


Vivre, c’est se poser des questions. Vous ne pouvez vous arrêter de vivre sans vous demander ce qui se trouve derrière la prochaine colline. Il existe toujours un après après l’après. Il existe toujours un futur au-delà de l’incertitude. C’est dans cette « attente » que vous retrouvez votre destin, que se situe votre destinée.

Quelle est l’importance de trouver une réponse qui ne suscite qu’une autre question ? Car telle est l’indubitable cheminement de la Conscience. L’important n’est pas le contenu de la question. L’important est la question elle-même par ce qu’elle cache du chemin, cette insoutenable transformation de l’être qui marche et n’aboutira jamais à aucune destination. C’est pour cela qu’il vous faut abandonner la peur. C’est pour cela que vous ne devez jamais vous contenter d’aucune réponse. C’est pour cela que jour après jour, heure après heure, instant après instant vous découvrez des aspects de votre être.

Qu’en est-il alors de la vie ? Quel sens peut-elle avoir ? Comment pouvez-vous vous placer en elle ? Vous ne le pouvez pas. Vous ne pouvez qu’ETRE LA VIE. Jour après jour, instant après instant, vous ne pouvez que participer à cette instance qui préside à la Conscience, et dont vous ne savez rien, dont vous ne saurez jamais rien, car si, par un funeste destin, la connaissance s’installait en vous, l’humanité perdrait son sens, son utilité et disparaitrait à tout jamais.

Alors devenez simplement ces instants d’éternité. Comparez vos sensations à celles de vos frères et sœurs sans jamais attendre de résultat, sans jamais chercher une improbable finalité et devenez simplement ces témoins de la Vie que vous êtes. Dans cette présence, vous altérez simplement le sens du Temps et vous retrouvez, dans une fugace lucidité l’alternative de « Celui qui sait et qui choisit d’oublier ». Car tel est votre destin. Oublier ce que vous avez pu comprendre l’instant précédent pour pouvoir mieux vivre la magie de l’instant suivant.

, , , , , , , ,

1 commentaire

VOULOIR


Je voudrais maintenant vous parler du « vouloir ». Vous faites trop l’amalgame entre le désir profond de progresser qui est inhérent à chaque conscience, et les buts ou objectifs que vous vous donnez à atteindre, qui altèrent votre perception du Temps et de l’Espace. Il est indéniable que vous avez quelque chose à faire. Il est aussi indéniable que vous ne savez pas ce que vous avez à faire. Il est encore plus indéniable que le seul moyen dont vous disposez pour cheminer sur cette trajectoire est de vivre l’Instant, dans la pleine acceptation de ses déséquilibres, sans chercher à incurver votre trajectoire dans le sens d’une idée que vous avez de vous-même.

Alors que cherchez-vous à faire ?
Tambouriner sur le poitrail de votre ego comme un gorille en mal de femelles, ou attendre que l’amour que vous portez vous adresse un signe de vie dans l’émanation de l’extrême sensibilité que vous êtes, mais que vous reniez à chaque instant ?

Il est temps pour voir d’abandonner votre vouloir. Il est temps pour vous de décider de manifester ce plein amour envers toutes choses et de cesser d’attiser l’impatience de votre ego en mal de reconnaissance.

Tout le rapport de l’homme et de la femme sur votre planète est régi par ce déséquilibre. Lorsque vous faites l’amour, il vous appartient de découvrir la magie de chaque instant. Vous ne pouvez pas faire passer l’amour au trapèze de vos stéréotypes ou de vos fantasmes. Vos désirs de domination ne peuvent trouver leur manifestation dans ce jeu des corps entre l’homme et la femme.

N’avez-vous pas encore compris que l’Homme et la Femme sont la représentation unilatérale et cosmique de votre Unité. Comment pouvez-vous imaginer pouvoir dominer l’Unité, comme s’il existait une hiérarchie dans l’Unité, comme si le plus ou le moins avaient un quelconque sens !

Ne voyez-vous pas la souffrance que vous vous créez par le simple refus d’être là, Ici et Maintenant ?
Car lorsque vous vous laissez prendre par un besoin de reconnaissance ou un désir de domination vis à vis de votre partenaire, vous niez la puissance de l’Instant.

Alors qu’en est-il de vous ? Qu’en est-il de votre intégration ? Qu’en est-il du respect de vous-même et de l’Autre ?

De grâce, retrouvez la présence de votre bonheur, la puissance de votre intégrité et la magie de la puissance de l’Instant. L’absence de vouloir est la clé de ce positionnement.

, , , , , , , , , , ,

1 commentaire

L’AVENIR DE L’HOMME EST LA FEMME


L’avenir de l’homme est la femme. Il est assez paradoxal de constater que l’énergie dominante de votre planète repose sur une illusion notoire. On pourrait presque parler de supercherie si les exemples de la suprématie latente de la femme n’étaient aussi évidents à qui sait les regarder.

Depuis des millénaires, l’homme a établi son pouvoir et le développement de ses acquis sur la négation de la femme en lui et à l’extérieur de lui. C’est ainsi que la femme, dans votre humanité, a été ramenée à l’état de bête de somme ou d’exutoire à une masculinité pervertie. Il vous faut comprendre que l’homme ne peut être un homme que s’il intègre sa féminité. En effet, dans le cas contraire, il se trouve placé dans une hypertrophie de l’ego ne lui permettant tout simplement pas de laisser circuler en lui l’extraordinaire potentiel de matérialisation qui est le sien.

Il est vrai que tous les grands hommes de pouvoir de votre planète ont toujours eu à leur côté une femme pensante qui était d’ailleurs, la plupart du temps, leur épouse dans la vie. Néanmoins il n’a été que rarement reconnu l’importance fondamentale que revêt la présence de la femme dans la matérialisation.

Si la polarité féminine n’est pas totalement intégrée en l’homme, l’aspect intuitif des choses est annihilé. Or, seul cet aspect met la puissance de matérialisation en phase avec la structure des lois de la création. En d’autres termes, si un homme n’a pas développé son aspect féminin (et sa compagne de vie ne peut se substituer à cela), l’énergie qu’il développe pour créer quelque chose, se déploie hors du cadre harmonique des lois. Une grande partie de l’énergie vitale se disperse alors, et la création sort erronée, affaiblie ou pire encore, en distorsion avec le développement de l’humanité. Autant dire qu’une grande partie de cette énergie se trouve alors perdue et que l’efficience de l’acte créateur est pratiquement nulle. Que de ressources vitales épuisées ainsi ! C’est de cela que meurt votre planète. L’impact vital pour l’homme en est terrible puisqu’il s’agit pour lui d’une véritable disparition de son propre potentiel de vie, ce qui produit le raccourcissement de la longévité masculine sur votre planète.

L’homme doit apprendre à écouter la femme. L’homme doit apprendre de la femme. Le bon sens féminin (ou son ressenti) est à prendre à la lettre. Il donne souvent des indications essentielles, souvent hors de la norme, sur la marche des choses, sur l’opportunité de nouer telle alliance, ou sur le bien-fondé d’une action ou d’une autre.

Ceci débouche très naturellement sur la nature du rapport entre l’homme et la femme sur votre Terre. Et là, encore une fois, vous êtes placé face à un tragique paradoxe. Pour que l’homme puisse totalement exercer son pouvoir, il doit établir une relation avec la femme qui sera le miroir de sa propre féminité (et son enseignante) basée sur la communication, le respect mutuel, l’égalité de positionnement et le partage. Or, la plupart du temps, n’étant pas positionné par définition sur ces paramètres qui sont le fruit d’une intégration du masculin et du féminin en état d’équilibre, l’homme ne laisse pas la possibilité à la femme de parler, de prendre sa place à côté de lui, par crainte de la perte de son propre pouvoir. Il en résulte une ambivalence mutuelle reposant sur la manifestation du non-dit. Il s’ensuit ainsi une perversion de l’énergie féminine nécessaire à la circulation de la libre-conscience et des choix afférents. Pour utiliser un mot de votre langage : le « bazar » en somme.

Il est par conséquent aujourd’hui une nécessité : la femme doit entrer dans son pouvoir. Non pas comme le font la plupart des femmes de votre Terre en « singeant » le pouvoir de l’homme et en pensant que c’est ce qu’elles ont à atteindre. Cela ne fait qu’engendrer un chaos supplémentaire dont votre Terre n’a aucunement besoin. Mais bien en demeurant dans l’énergie d’accueil, d’écoute et de partage qui constituent les composantes de la femme.

Ainsi doit-elle prendre la parole et dire ce qu’elle porte en elle, quelles sont ses aspirations et ses besoins, sans aucune crainte de l’homme, ni des réactions de l’homme, en laissant l’homme face à ses résistances, face à ses peurs, mais en montrant simplement ce qu’est une femme dans la force de sa présence qui ne cherche en aucun cas de convaincre l’homme qu’elle a raison, et se contente simplement d’être.

Là est la clé de l’équilibre entre l’homme et la femme et la raison de leur présence sur Terre. Dans cette fluidité, la femme peut alors parler de son désir de l’homme sans avoir peur d’être prise pour une dévoyée. Elle peut parler de sa peur de l’avenir et de son besoin de sécurité (simple besoin de manifestation de la sécurité pour la survie de ses enfants nés ou à venir ou de ses créations) sans être considérée comme une « femme intéressée ». Elle peut parler de ses désirs de vivre ou d’aimer sans être prise pour une prostituée.

Vous, les hommes de cette Terre, quand finirez-vous de considérer les femmes comme des saintes ou des putains ? Quand considérerez-vous enfin les femmes de cette Terre comme les sources d’amour qu’elles sont, qui demandent à se mettre au service de l’homme ?

Hommes, prenez la décision d’arrêter ce désastre. Prenez la décision d’arrêter de vous détruire. Femmes, prenez la décision de simplement transmettre l’amour sur cette Terre. Prenez la décision d’à nouveau vous unir aux hommes de cette planète plutôt que de les combattre en les imitant. L’amour et l’union sont les seuls moyens dont vous disposez pour perdurer au-delà des désordres qui s’installent sur votre Terre.

, , , , , , , , , , , , , ,

6 Commentaires

LE LÂCHER PRISE


Une des clés pour changer d’état de conscience est de lâcher prise. Pour pouvoir connecter avec des informations inscrites dans votre corps, vos mémoires cellulaires, il est nécessaire de retourner à l’intérieur de vous-même, et de ne plus inscrire l’ensemble de ce que vous percevez dans des référentiels qui vous sont actuels et qui, par définition, seraient figés dans votre antériorité. Pour retrouver d’anciennes mémoires, comprendre des choses que vous avez oublié, il est très important de vous ouvrir à de nouvelles expériences, de nouvelles perceptions sans les rattacher à quelque chose que vous connaissez déjà. Le moyen à mettre en œuvre est de lâcher prise sur tout, principalement au niveau de votre mental. Vous achoppez souvent sur de vieilles habitudes du mental qui veut comprendre, expliquer, garder, se retrouver, se rattacher, tant il a peur.
Le texte suivant vous permet de faire un travail sur le lâcher prise pour vous faire expérimenter ce nouvel état d’être. Il vous permet de regarder quel est l’ensemble de vos croyances  par rapport au mécanisme du lâcher prise, et de vous les faire lâcher, et peut-être même abandonner cette ultime croyance qui est de vouloir lâcher prise. Le plan vibratoire auquel il introduit vous permet de décrocher.
Toutes les questions qui montent à votre mental, même les plus simples, sont les bonnes. Ne vous limitez pas dans la perception de vos questions, même si elles vous semblent simples.
Le meilleur moyen de lâcher prise est de vivre l’expérience au niveau de votre ressenti, d’observer ce qui se passe dans votre corps. Placez-vous dans le vécu de l’expérience à l’instant présent. Laissez vivre le mécanisme. Lâchez, expérimentez.

 

Le lâcher prise

 

L’expérience que vous allez accomplir en ce temps, en ce lieu et en cette heure, est la reconnaissance de l’instant présent. Lorsque vous expérimentez ce que vous nommez énergie du lâcher-prise, vous vous donnez simplement la possibilité d’expérimenter l’espace dans lequel vous vous situez à l’instant présent. L’instant présent vous donne la possibilité de vous connecter avec des énergies que vous n’avez jamais abordées, puisqu’à chaque seconde, chaque expérience est nouvelle, chaque paramètre est différent, chaque acte de création que vous posez est différent.

Le mécanisme dit de lâcher prise est en quelque sorte la façon pour vous de symboliser un état dans lequel vous ne posez aucune volonté, votre volonté personnelle, la volonté de votre personnalité, qui vous fait vous projeter à l’extérieur, soit dans un futur proche, soit dans une projection émotionnelle, soit dans une référence au passé.

L’énergie du lâcher prise est quelque chose de fondamental pour votre époque. Vous entrez dans une manifestation de votre planète au travers de laquelle l’ensemble des structures vous entourant et vous composant se modifie rapidement. Les paramètres créés par cette modification de votre environnement créent un profond état de tension, notamment sur le plan cellulaire dans la manifestation de votre corps physique. Votre corps cellulaire est inscrit dans un certain nombre d’habitudes, d’archétypes, de schémas éducatifs, sociaux, de fonctionnement créant une distorsion, une tension, entre les différentes vibrations qui viennent à vous et les manifestations à l’instant présent de votre propre corps. Si vous ne portez pas attention à cet échange, à la manifestation de cette tension, vous pouvez atteindre rapidement des seuils de rupture apportant soit maladie, soit crise de conscience, soit des états dépressifs. Il est vrai qu’à travers ces déséquilibres, vous créez ainsi, vous posez des actes de création qui vous permettent d’intégrer plus rapidement cette nouvelle expérience.

Notre propos, en ce temps et en ce lieu, est de créer la matérialisation de nouveaux paramètres qui vous permettront de ne plus créer de situations de crise pour manifester une nouvelle évolution. Vous pouvez faire l’économie de la crise. C’est-à-dire que vous avez la possibilité de créer un mécanisme de transition plus en douceur, plus harmonieux, plus en adéquation avec la force d’amour que vous portez en vous.

Cela est important, car simplement sur ce point, vous abandonnez une vieille croyance millénaire qui est de croire que vous ne pouvez vous transformer que dans la souffrance et dans la crise. Cela est une croyance que vous pouvez abandonner puisqu’à bien des reprises, vous avez déjà fait cette expérience. Elle est totalement intégrée en vous, et vous pouvez l’abandonner maintenant pour expérimenter autre chose. Tout dépend évidemment de la décision que vous prenez : prenez-vous la décision de vous transformer dans la souffrance, ou prenez-vous la décision de vous transformer progressivement par l’introduction, à chaque instant, à chaque instant présent, de nouvelles énergies et de nouvelles expériences.

Alors, je vous propose d’expérimenter certains états d’être, d’expérimenter certaines fréquences induites par vos croyances qui vous limitent dans la perception que vous avez de vivre l’instant présent. Vous  allez poser un acte de changement vous permettant de regarder de quelle façon vous contractez vos énergies vous empêchant ainsi de vivre l’instant présent et d’être dans ce que vous nommez le lâcher prise.

Le lâcher prise est une énergie essentielle puisqu’elle vous permet de recevoir à la seconde, seconde après seconde, toutes les énergies de l’Univers, et ainsi d’être ce que vous êtes depuis toute éternité, c’est-à-dire l’outil de synthèse, l’outil de condensation de l’ensemble de ces paramètres universels. L’expérience que vous accomplissez sur cette planète est de tout premier ordre, d’une très grande richesse pour l’ensemble de l’Univers, puisque vous représentez la symbiose, la synthèse d’une infinité de paramètres se concentrant, créant une cohérence, et expérimentant un seul plan, le plan matière. Cette expérimentation de la matière, dans la multiplicité des paramètres réunis, vous permet d’intégrer ce que vous nommez mystère de la vie, ce que nous nommons développement de la conscience Une au travers des richesses interstellaires.

Alors si vous le voulez bien, je vous propose de vous en remettre à vous-même. Vous pouvez observer, dans un tout premier temps, de quelle façon vous êtes placé à l’instant présent dans votre mental. Vous recevez les mots que vous lisez au travers de votre mental, et votre mental tente, de comprendre ces mots.

Je vais vous demander, dans un premier temps, de détendre votre mental. La détente de votre mental s’opère lorsque vous ne posez plus l’intention de comprendre. Si vous posez simplement l’ouverture, l’accueil à une énergie que vous recevez sans attendre de comprendre, vous permettez à votre mental d’entrer dans une autre fréquence, une autre résonance dans laquelle l’information s’inscrit sans essayer de référer à d’autres choses.

Donc je vous propose, dans un tout premier temps, de simplement demander à votre mental de se détendre. Vous sentez tout doucement votre cerveau, votre tête se détendre, comme si la paix se posait à l’intérieur de vous tout doucement, et une autre vibration, une autre fréquence s’installer dans votre tête. Vous ne stressez pas, vous relâchez simplement. Vous vous placez dans l’expérimentation de cette nouvelle énergie et vous observez.

Vous vous placez au niveau du ressenti physique, physiologique, vibratoire de cette expérience, et vous vous détendez. Vous pouvez d’ores et déjà constater dans une certaine mesure, la différence qui existe au niveau de la fréquence vibratoire  de votre tête depuis quelques instants. Cela est une première approche de ce que vous nommez lâcher-prise.

Maintenant, je vais vous demander d’observer de quelle façon vous êtes placé à l’intérieur de vous. Etant focalisé dans votre mental, vous oubliez la plupart du temps, pour beaucoup d’entre vous, d’être dans votre corps. Je vous demande simplement, simultanément d’être présent dans la détente de votre mental et d’être présent dans votre corps, et de prendre conscience que vous êtes dans votre corps.Vous continuez à lire ces mots, et vous sentez également la différence de résonance qui s’opère par ces mots l’intérieur de votre corps, car maintenant vous êtes en vous-même et vous recevez. Vous recevez parce qu’étant en vous-même, vous êtes placé à l’instant présent.

Une des clés de l’instant présent, du lâcher prise, est de vous placer dans l’observation de chaque instant. C’est ce que vous faites présentement, et cela est juste pour vous d’expérimenter cet état d’être. Laissez-vous simplement aller dans cette perception sans tenter de la rattacher à un quelconque exercice, une quelconque méthode, une quelconque croyance. Simplement être dans votre corps sans rien attendre.

Attendre le lâcher prise, évidemment n’est pas lâcher prise. Vous êtes simplement placé à l’intérieur de vous-même, et vous observez, vous percevez. Il est certain qu’il est parfois difficile pour vous de vous placer dans l’observation car depuis longtemps vous avez été habitué à vous conformer à certains modèles relationnels ou à certains modèles de perception. Dès votre enfance vous vous êtes conformé à des modes relationnels qui vous ont été inculqués induisant une perception pré-définie  du monde qui vous entoure. En faisant cela, vous avez créé un schéma relationnel avec l’environnement, qui génère un prisme déformant entre la réception des énergies qui viennent à vous et vous-même. En d’autres termes, vous ne vivez pas votre vie, vous ne vous vivez pas vous-même, vous vous vivez au travers un prisme, une construction mentale, élaboration qui ne tient aucun compte de l’expérience de l’instant présent. Je sais oh combien cela bouscule l’ensemble de vos croyances dans lesquelles vous vous estimez être un individu libre, autonome et responsable. Cela est bien évidemment votre aspiration profonde, mais vous ne pouvez être libre tant que vous vous conformez à un modèle extérieur à vous-même. Ce que je vous propose, dans ce texte, est de retrouver votre autonomie.

L’autonomie est celle de l’être qui choisit de vivre l’instant présent. Dans l’instant présent, vous lisez ces lignes, vous ressentez la vibration que ces idées provoquent, vous ressentez combien la résonance de ces mots change certaines perceptions de votre corps, combien certains conflits peuvent s’installer dans votre mental entre des modes de fonctionnement antérieurement établis et de nouvelles données que je vous propose présentement.

Vous vous placez dans la simple observation de la manifestation de ces énergies et vous êtes à l’instant présent. Mon propos n’est pas d’essayer de vous convaincre en quoi que ce soit. Mon propos est simplement de vous montrer comment l’ensemble des énergies résonnent dans votre corps, car votre corps sait. Il est le sage inscrit dans l’univers depuis toute éternité. Il est le penseur.

Pour vous placer dans le ressenti de l’instant présent, je vous propose d’expérimenter de quelle façon vous fonctionnez sur le plan émotionnel. Depuis longtemps, vous avez appris à vous conformer à un certain modèle émotionnel, induit par votre environnement culturel, mental et sociétal, vous permettant de régir la circulation des émotions qui vous habitent. La perception que vous avez des émotions dans votre civilisation est erronée actuellement. L’émotion dans votre civilisation est perçue comme un élément perturbateur, comme un élément créant des distorsions relationnelles entre individus. L’émission émotionnelle n’est pas perçue dans votre société pour ce qu’elle est, c’est-à-dire manifestation de votre être intérieur, expression de la lumière et de la vibration de votre être.

Il est important aujourd’hui, dans votre monde et sur votre planète, de vous placer dans une nouvelle perception de ce que vous êtes, dans de nouveaux modes opérationnels de votre force de créativité. Car longtemps vous n’avez pas tenu compte des signaux, des messages qui sont présents en vous. En n’en tenant pas compte, vous avez ainsi créé des distorsions par rapport à votre propre itinéraire de vie, créant une grande tension émotionnelle, cellulaire à l’intérieur de votre corps. La sensation que vous avez parfois de ne pas comprendre, de ne pas y arriver, de ne pas être heureux, est liée à ce mécanisme. Il vous est demandé aujourd’hui – votre âme vous demande – de vous abandonner. L’abandon n’est pas la perte de votre liberté, l’abandon est la conquête de votre liberté. A partir du moment où vous vous abandonnez, vous laissez venir à vous ce qui vous est nécessaire, mais surtout, vous recevez en vous ce qui est l’émanation de vous-même, ce qui est l’émanation de votre plus profonde énergie, de votre plus profonde identité. En un mot, vous construisez votre quotidien en fonction de vous-même et de vos propres besoins. Chaque fois que vous vous placez dans une idéation de vous-même, vous créez une distorsion. Votre mental, dans l’éducation qui est le sien, en ce temps, en ce lieu et en cette heure, compte tenu des modales éducatifs qui lui ont été inculqués, est incapable de recevoir l’instant présent. Ce mental est également incapable d’avoir une idéation conforme à l’énergie que vous portez au plus profond de vous-même. Ce mental mentalisant crée en fait une coupure entre vous et votre âme.

La méthode utilisée pour reconnecter votre présence, votre corps physique et votre âme, consiste simplement à vous abandonner à l’instant présent. Cela ne signifie pas ne pas être dans l’action, mais cela signifie poser l’action à l’instant présent sans avoir prévu de le faire, sans avoir créé une idée de ce que vous alliez faire, simplement en mettant en oeuvre les énergies qui sont présentes au moment où elles sont présentes. En faisant cela, vous annulez toute distorsion entre les énergies qui viennent à vous et la manifestation que vous créez, la manifestation que vous en faites. Cela est le véritable lâcher prise, car au travers de cela, vous permettez à toutes les informations de venir à votre rencontre, vous permettez à votre corps cellulaire, à votre corps physique et à votre âme de faire le tri entre toutes ces informations, et vous permettez à votre être vibratoire de construire la décision de l’instant présent vous permettant de poser l’action, vous permettant de poser la méditation active.

Si vous inscrivez ce mode opérationnel en vous, vous aurez l’infinie surprise de constater que tous les événements deviennent harmonieux, que des situations que vous pensiez devoir être conflictuelles ou difficiles se résolvent naturellement, sans que l’intervention de votre volonté soit nécessaire, sans même que vous ayez à mettre une importante énergie pour que ces actes se manifestent. En faisant cela vous créez un petit « miracle » à chacun de vos pas, car vous êtes un être miraculeux, capable de créer l’Univers, de créer la vie, à chaque instant, à chaque pas.

 

 

 

 

, , , , , , , , , ,

2 Commentaires

L’APATITE, Pierre de l’Intemporel


L’Apatite contient de l’eau dans sa structure chimique. Elle réagit de manière similaire à l’eau comme les Pierre de Lune, Opale, Turquoise, Labradorite, etc., qui sont toutes extrêmement sensibles à l’hydrométrie, et nécessitent une attention particulière lors de l’exposition à toute source de chaleur et à toute élévation de température.

L’Apatite constitue la partie essentielle qui maintient en fonctionnement une glande endocrine encore mal connue de la science : l’épiphyse. L’imagerie par résonance magnétique montre que l’Apatite comporte un véritable « buisson » de cristaux occupant les 2/3 du centre de l’épiphyse.

Deux parties dans cet article : une scientifique, l’autre énergétique, les deux se rejoignant pour donner une piste de réflexion complètement novatrice et révolutionnaire sur la teneur de nos comportements de vie.

 

L’Apatite et la science

La science ne s’est intéressée que tardivement aux fonctions de l’épiphyse, privilégiant des études sur d’autres glandes endocrines qui lui semblaient plus importantes. On doit une grande partie des découvertes de ces dernières années sur l’épiphyse à un brésilien, le neurochirurgien Sergio Felipe de Oliveira. Il a notamment mis en évidence l’action de conversion de la lumière en impulsions électromagnétiques par l’épiphyse, ayant pour effet la production d’éléments biochimiques et hormonaux.

 

La vision médicale de l’épiphyse antérieurement :

L’épiphyse était considérée comme une glande secondaire, mais néanmoins importante, agissant sur les premières années de la vie et se sclérosant ensuite, jusqu’à ne plus avoir aucune utilité, une fois la croissance et la puberté terminée (méfions-nous des 80% du génome humain qui est dit « résiduel », ou de ces 90% du cerveau qui ne sert à rien !!).

Sa première fonction est la production d’hormones de croissance. Les cristaux d’Apatite contenus dans l’épiphyse réceptionnent la lumière solaire et cosmique, et la convertissent en impulsions biochimiques et hormonales. Ces informations activent intensément la production des hormones de croissance de 0 à 2 ans, puis de nouveau au moment de la puberté jusqu’à l’âge adulte créant ainsi les fonctions de la sexualité et la capacité de reproduction.

Par ailleurs, elle détient une fonction de régulation des cycles circadiens (régulation du sommeil) qui permet de construire les biorythmes. Elle est responsable de la synthèse nocturne d’une neuro-hormone, la mélatonine, à partir de la sérotonine. Une désynchronisation des rythmes circadiens peut être la source de troubles immunitaires, cardiovasculaires et de problèmes de mémoire. La mélatonine est l’hormone anti-stress par excellence et joue un rôle de protection de l’ADN et dans le système immunitaire et la régulation de la pression artérielle.

Ancienne croyance médicale : n’ayant plus de réelle utilité (??), elle se sclérose lentement sous l’action du vieillissement cellulaire, se calcifiant et perdant ainsi toute utilité (!!). Pourtant, il était parfois constaté certaines anomalies chez des personnes âgées, voire très âgées qui gardaient leur épiphyse en fonction jusqu’à leur décès. Évidemment comme elle se sclérosait, il était logique que les personnes âgées constatent que leur temps de sommeil se modifiait (insomnie des personnes âgées) !!

 

Les récentes découvertes :

En 1988, Vaul Heart découvre que l’épiphyse est un organe sensoriel qui convertit l’onde magnétique en neurochimie. Le neurochirurgien brésilien Sergio Felipe de Oliveira met en évidence la présence d’un noyau de cristaux d’Apatite au cœur de l’épiphyse et leur action sur le plan neurochimique. Il met en évidence le mode de détérioration par calcification de l’Apatite (par imagerie à résonance magnétique). Apparition d’anneaux concentriques de calcification (calcium) autour des cristaux d’Apatite, aboutissant à une sclérose des cristaux jusqu’à destruction de leur fonction. Côté aléatoire de ce vieillissement sans fondement métabolique, hormis un lien entre cette calcification des cristaux d’Apatite et l’augmentation des déficits en calcium de la masse osseuse et dentaire. Et surtout un lien direct entre ce processus et la qualité de la fluidité des liquides du corps (microcirculation du sang et de la lymphe). La lymphe circule dans le tissu interstitiel cellulaire et possède la fonction d’évacuer les déchets produits par l’activité cellulaire, et d’apporter des nutriments et des antioxydants à la cellule. Le ralentissement de la circulation de la lymphe dans le corps provoque une augmentation de la cristallisation de l’acide urique qui n’est plus correctement évacué, ayant pour conséquence :

  • mauvaise irrigation du corps,

  • mauvaise élimination des déchets cellulaires,

  • ralentissement des flux, entrainant dépôts et les maladies qui en découlent :

    • dégradation de la qualité de la peau (rides, déshydratation, vieillissement prématuré de la peau, mauvais renouvellement cellulaire), entrainant démangeaisons, eczémas, psoriasis.

    • hyperacidité entrainant problèmes hépatiques, d’assimilation et de transit intestinal (constipation, diarrhée) pouvant dégénérer en détérioration du foie et du pancréas

    • dégradation des cartilages (tendinite, usure prématurée des disques lombaires et lombalgie, arthrose, arthrite, goutte, sciatique),

    • mauvaise irrigation des systèmes musculaires entrainant douleurs musculaires, crampes, dans un premier temps, mais pouvant dégénérer en fibromyalgie, sclérose en plaque, etc.,

    • accélération de la création de dépôts dans le système veineux, hépatique ou rénal (calculs rénaux ou biliaires, dégradation du système rénal, maladies cardio-vasculaires, thrombose, AVC, etc.).

 

En d’autres termes, cela signifie probablement qu’une grande partie des plus importants facteurs de maladie de notre époque reposent sur la qualité d’irrigation de ces minuscules cristaux d’Apatite que nous avons dans une glande endocrine grosse comme une petite noix entre les deux hémisphères de notre cerveau… …

Pour résumer, l’épiphyse agit donc :

  • sur la circulation de rythmes circadiens (veille/sommeil)

  • sur la croissance

  • sur la régulation de la sexualité et des cycles de reproduction

  • sur la fertilité

  • sur le stress (mélatonine et sérotonine)

  • sur la qualité d’élimination des déchets cellulaires par la vitesse de circulation de la lymphe dans le corps

  • sur la pression sanguine.

Nous pouvons observer que la plupart des causes de pathologies touchant l’humain sont contenues dans cette énumération.

 

 

L’Apatite et l’énergétique

En énergétique, l’eau est liée à la circulation émotionnelle. En d’autres termes, si l’émotion circule normalement, l’eau du corps circule librement. S’il est mis en place des systèmes ou des croyances entrainant le contrôle ou la gestion (c’est la même chose) émotionnelle, la circulation de l’eau dans le corps se dégrade.

Il y a une vingtaine d’années, suite à une tendinite récurrente sur le coude gauche, j’ai eu l’intuition de prendre un galet d’Apatite verte et de masser la zone douloureuse. J’ai alors observé que ce minéral possédait une action antalgique, pas aussi forte qu’un apport chimique, mais suffisamment significatif pour faire disparaitre la douleur en deux ou trois jours. Nous avons, par la suite, expérimenté son action sur le plan des douleurs articulaires avec un résultat suffisamment significatif, néanmoins dépendant de la date d’apparition des premiers symptômes.

Nous avons alors fait le rapprochement entre le profil énergétique de ces observations et le profil émotionnel de ces personnes et avons conclu que ces symptômes étaient directement liés à la mise en place et à la force d’un système de contrôle émotionnel et mental sur une longue durée, raison pour laquelle ces difficultés semblaient liées à l’âge de l’individu. Ces dernières années, l’âge de déclenchement de ces symptômes s’est considérablement rajeuni (dernière observation en date d’un cas de fibromyalgie : une jeune femme de 20 ans).

Dans le même temps, nous avons observé que l’Apatite utilisée sur plusieurs semaines, notamment durant le sommeil, chez des personnes libérant le contrôle émotionnel et mental, avait pour conséquence l’observation d’un recul des symptômes douloureux.

 

Conclusion

Ces observations et les découvertes scientifiques récentes me permettent d’émettre une hypothèse audacieuse (fruit d’une conviction profonde de ma part).

Et si le contrôle émotionnel et mental sur lesquels notre société nous a formaté depuis l’enfance, produisait lentement un ralentissement de la circulation des fluides de notre corps, qui lentement produirait, à terme, une calcification des cristaux d’Apatite de l’épiphyse, accélérant un vieillissement prématuré des cellules, avançant ainsi le passage final de la mort ?…

En d’autres termes, et si le contrôle émotionnel nous tuait ?…

La seule certitude qui est démontrée dans ce mécanisme, c’est que lorsqu’on laisse un Feldspath à l’air libre sans l’immerger dans l’eau régulièrement, il se dessèche, et la pierre meurt. Chacun a pu observer cela avec une Opale, une Labradorite, ou une Apatite. Je ne vois pas ce qui empêcherait les cristaux d’Apatite de notre cerveau d’en faire autant lorsque notre microcirculation sanguine ou lymphatique se détériore sous l’emprise de notre contrôle émotionnel et de nos fonctions analytiques.

Nous sommes donc là probablement sur l’hypothèse la plus importante de notre siècle concernant le rajeunissement et l’anti-âge. Pourtant, nul besoin de crèmes sophistiquées mais simplement d’une pierre dans son lit qui permettra à tout un chacun de prendre conscience des mécanismes de contrôle émotionnel et mental sous l’action vibratoire de ce minéral et de rééduquer ainsi ses comportements. Un dernier point : une Apatite déshydratée se régénère lorsqu’on l’immerge dans l’eau. N’en serait-il pas de même pour celles de notre cerveau…

 

L’Apatite, Pierre de l’Intemporel

L’Apatite est l’organe de traitement de la Lumière dans notre corps. La Lumière est le seul élément hors temps et hors espace. En d’autres termes, elle est indépendante de notre croyance en l’espace-temps linéaire. Elle est donc la seule source d’énergie qui nous ramène sans cesse à l’intemporalité donc à l’immortalité.

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 Commentaires

2013 UN NOUVEAU COMMENCEMENT


Je ne reviendrais pas sur l’énergie de 2012 qui a fait l’objet de plusieurs articles de ma part. Sur ce point, un simple témoignage personnel. Nous avons pu sentir, moi-même et les membres de mon entourage, une profonde mutation cellulaire qui s’est traduite par des coups de fièvre, des rhumes passagers et surtout une énorme fatigue, comme si nous avions eu des mois d’insomnies consécutives. Cette charge est en train de disparaître, surtout pour les personnes qui se sont préparées à cette mutation. 

 Tournons-nous maintenant vers les temps à venir.

Opale noire d'Australie, ®photo Serge Briez - Cristaux-sante

Opale noire d’Australie, ®photo Serge Briez – Cristaux-sante

Les temps à venir seront marqués par une nécessité absolue de faire concorder nos fréquences énergétiques personnelles avec les situations, les structures et les événements que nous impulsons. La non-concordance énergétique se traduira sans délai par une « explosion » (structure et/ou événements).

Par ailleurs, nous allons bénéficier à partir du mois d’Avril 2013, d’une poussée énergétique comme nous n’en avons jamais connu. Elle favorisera grandement l’émergence de nouveaux champs de conscience, mais aussi la réalisation de nouveaux projets qui pouvaient être latents depuis plusieurs années. 

 L’heure est donc à la créativité. Nous vous laissez pas endormir par les « flons-flons » pessimistes véhiculés par les médias et les pouvoirs publics. Utilisez la période de janvier à mars pour terminer la conception de vos projets et allez de l’avant.

Tout est à inventer. Nous allons découvrir dans les dix prochaines années bien plus que nous avons découvert en deux mille ans.

Alors, une belle année à tous et merci pour votre fidélité.

Amour et Lumière 

Daniel 

, , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

BIEN VIVRE SA MORT : Manuel pratique pour réussir le Passage


Ami lecteur, depuis plusieurs mois vous avez du vous interroger sur le fait que je me faisais aussi rare.

En fait, l’énergie d’un ouvrage a mobilisé toutes mes ressources d’écriture depuis Janvier. Il m’a littéralement « pris la tête » et le cœur. C’est ainsi que je suis heureux de vous informer de la sortie de mon dernier livre,

« Bien vivre sa mort, Manuel pratique pour réussir le Passage », Editions Dangles.
BIEN VIVRE SA MORT : Manuel pratique pour réussir le Passage, Daniel Briez Editions Dangles, Prix 10 € format poche 240 pages

BIEN VIVRE SA MORT : Manuel pratique pour réussir le Passage, Daniel Briez Editions Dangles, Prix 10 € format poche 240 pages

Ce sujet peut paraître très en marge de mes thématiques habituelles. Pourtant, il m’a fallu toutes les perceptions et l’entièreté d’un parcours de vie de chercheur pour le mener à bien. Il est donc probablement l’ouvrage qui reflète le plus ma vision de la vie et de la mort.

Pourquoi cet ouvrage ? Lire la suite »

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Mode d’emploi de lecture du Blog de Daniel Briez


A la suite d’un certain nombre d’observations de lecteurs que je rencontre au fil des salons en France et à l’étranger, j’ai pu observer qu’il me fallait faire une mise au point sur le positionnement à adopter par rapport à la lecture de mes textes, notamment ceux qui concernent les rubriques Humanité, Science de Synthèse et tout ce qui touche aux domaines énergétiques ou à l’observation des champs de conscience dans mon travail.

Le travail que je fais sur le Verbe est extrêmement précis. Chaque texte comporte des notions énergétiques précises qui, la plupart du temps, diffèrent des schémas de pensée habituellement en vigueur. C’est ainsi que certaines notions peuvent paraître partisanes, ou irrecevables, si le lecteur se contente d’une « lecture en surface » des textes.

Ainsi, je vous recommande l’attitude suivante :

Lorsque vous lisez un texte, prenez le temps de le lire.

Laissez les notions qui y sont mentionnées vous pénétrer sans tenter de les rattacher à un système de croyances, à une perception ou une opinion que vous pensez avoir.

Contentez-vous de prendre acte de ces notions et tentez de visualiser les mouvements énergétiques qu’elles produisent.

Donnez-vous ensuite un temps de réflexion en comparant ces informations avec les schémas ou croyances internes que vous possédez.

Faites-vous ainsi votre opinion sans laisser votre mental interférer sur ces données.

Ce qui se passe lorsqu’on fait une lecture superficielle de ce type de textes se déroule de la façon suivante :

Vous lisez une phrase qui est différente de votre système de croyances ou de vos expériences personnelles.

Votre mental se sent alors « en danger ».

Il zappe alors l’information et maintient votre attention en surface, ou vous fait comprendre autre chose que ce qui est écrit.

Vous aboutissez ainsi à une opinion qui n’a pas réellement pris en compte ces nouvelles données.

Je vous souhaite une bonne lecture et un immense merci pour votre soutien et votre fidélité.

Quelque part sur l’autoroute entre Paris et Sarlat, le 18 Octobre 2011, 11h16

,

4 Commentaires

ECOLE ATLANTEA ET ECOLE DES ANGES


Une mise au point que m’a suggéré une des lectrices de mon Blog lors d’une rencontre sur le Salon Zen à Paris, la semaine dernière.

 En post-face de mes ouvrages « La Science des Chakras »,

La science des Chakras, livre de Daniel Briez

La science des Chakras

écrit en 1993, et « Les Anges »

Les Anges, livre de Daniel Briez

Les Anges

, rédigé en 1996, je fais mention de deux Ecoles que j’avais créé à l’époque, l’Ecole Atlantéa et l’Ecole des Anges. Ces deux systèmes correspondaient pour moi, à l’époque, à la vision que je me faisais de la transmission et de l’enseignement. Elles ont fonctionné durant quelques années puis se sont arrêtées, pour l’une en 1996 et pour l’autre en 1998. Elles sont toujours mentionnées à la fin de mes ouvrages car il est toujours extrêment difficile d’obtenir d’un éditeur, le mien en l’occurrence, de modifier la maquette d’un livre lors de son retirage (surcoût financier de refonte de la maquette). C’est ainsi que des informations obsolètes sont mentionnées dans ces ouvrages.

 Ma vision de la transmission est aujourd’hui bien différente. Je ne pense pas que les choses passent par des « écoles » ou des systèmes quelconques. Nous avons tous à trouver notre propre « école intérieure » qui repose simplement sur l’observation de la vie quotidienne et des sujets de réflexions qu’elle nous propose à chaque instant. L’objet de ce Blog est de proposer un certain nombre de pistes. Je sais, par vos nombreux témoignages, qu’il répond à cette attente.

 Ces deux écoles se sont arrêtées naturellement parce que l’énergie changeait et qu’il n’était plus le temps de passer par ces vecteurs de transmission. Merci à ceux qui y ont participé. Ils m’ont aider à avancer sur ce chemin.

Nantes, le 7 Octobre 2011, 4h23

, , , ,

2 Commentaires

COLOR PERFUMES, PERFUMES FOR HEALTH


iBook au format PDF

COLOR PERFUMES

Ebook, PDF pour Adobe Digital Editions Format 

****.
COLOR PERFUMES
Prix: €12.00
Before going into the detailed description of Colour Perfumes and observing their therapeutic properties, it is important to describe the basic principles of quantum medicine. To make their action easier to understand, we shall look at the frequencies of each colour, every one of which is related to a Perfume. We shall also examine the impact of every chromatic frequency on the structure of daily life and discuss their energetic and vibratory aspects.

, , , , , , ,

Poster un commentaire

livre Cristaux et Santé


Comment choisir et utiliser les pierres pour votre bien-être

Tous les passionnés de pierres attendaient depuis longtemps un ouvrage sur la lithothérapie proposant une méthode d’utilisation des cristaux et minéraux. Combien de fois nous sommes-nous demandés à quoi pouvait bien servir cette magnifique pierre que nous avions dans les mains, et surtout comment pouvions nous être sûrs d’en obtenir des résultats probants ?

Cet ouvrage contient les réponses concrètes à une démarche pratique quant à l’emploi des pierres et minéraux en lithothérapie. L’auteur a choisi de définir les 34 cristaux et minéraux les plus usités en lithothérapie. Pour chacun, il explique l’effet qui peut être atteint en « travaillant » avec lui sur les plans de la santé, de l’énergétique, du développement personnel, du spirituel et de l’habitat. Il complète l’étude par un tableau de correspondances : chromothérapie, chakra, organe, glande endocrine, nombre du Thème de Cristal et Arcane du Tarot.

L’auteur insiste particulièrement sur l’importance du poids de la pierre selon l’application souhaitée, sur la manière de la choisir et le mode de nettoyage. Les protocoles sont simples, pratiques et efficaces, et ne nécessitent aucune connaissance particulière.

Un ouvrage concret et pratique qui répond à de nombreuses questions.

livre cristaux et santé
livre cristaux et santé

Auteur : Daniel Briez

Paru le : 09/09/2009

Editeur : Trajectoire

Nb. de pages : 254 pages

Poids : 450g

acheter le livre


, , , , ,

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :